×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Archives prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

L'Edito

Haine

Par L'Economiste| Edition N°:826 Le 07/08/2000 | Partager

UN conflit social a tourné en drame humain. Une grève, des morts, des arrestations et tout le personnel à la rue, car l'entreprise est arrêtée.Les auteurs et les commanditaires de l'attaque au bus Rostom ont commis une violence grave; déférés devant les tribunaux, ils seront jugés sévèrement.Mais, il faut s'interroger comment on peut en arriver là. C'est qu'il règne un climat de haine sociale dès qu'un conflit éclate dans une entreprise. Non résolu, il fermente, s'enlise, se personnalise dans l'indifférence des autorités. Il contient alors tous les germes des incidents violents. Cela doit être prévenu, sinon, le tissu économique, déjà fragile, sera détérioré et l'emploi avec.Il y a encore trop d'entreprises qui violent le droit du travail et excèdent les employés; il appartient à l'Etat de déployer tous ses inspecteurs du travail et de la CNSS pour arrêter les abus.Il y a encore trop de grèves sauvages et d'occupations; souvent, elles concernent les entreprises qui offrent plus que la loi en matière de salaire et de couverture sociale. Quand elles sont en difficultés commerciales, le conflit les achève.Si la grève est un droit constitutionnel sans loi d'application, l'occupation est illicite au vu du droit de propriété et du droit au travail, eux aussi constitutionnels. Car les occupations ne sont le fait que de minorités, les syndicats y ont recours car ils ont perdu leur capacité de mobiliser une grève totale. Là, les patrons isolés, font face à l'indifférence des autorités. Et puis, combien un cas d'occupation peut dissuader d'investisseurs nouveaux?Le gouvernement ne peut plus continuer à laisser les conflits pourrir, la haine se développer et les protagonistes se faire justice eux-mêmes avec violence.D doit intervenir et prévenir, car l'Etat de droit n'est pas le laisser-aller. Abdelmounïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc