×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • Flash

    HCP: "Les risques inflationnistes resteraient limités à court terme"

    Par L'Economiste| Le 28/03/2021 - 10:28 | Partager
    HCP: "Les risques inflationnistes resteraient limités à court terme"

    Les risques inflationnistes resteraient limités à court terme, indique le HCP dans une notre sur les perspectives des prix à la consommation au premier semestre 2021 compte tenu de l’évolution des cours des matières premières. En effet, précise le HCP, la hausse des cours des matières premières importées serait, quelque peu, atténuée par l’appréciation du Dirham par rapport au Dollar (-6,3% en janvier 2021, au lieu de-1,3% en 2020).

    Dans ce contexte, l’inflation devrait continuer d’évoluer à des niveaux relativement contenus, souligne le HCP. Celui-ci note ainsi que la tendance haussière des cours du pétrole observée depuis le mois de février de l’année en cours (+12,7%, contre -14,3% en janvier en variations annuelles), associée au rebond des cours des matières premières agricoles importées, "seraient toutefois de nature à accélérer le rythme de croissance de l’inflation au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent".

    Dans le détail, les hausses des prix des huiles de table et des autres produits alimentaires tels que les céréales sont conséquentes à l’augmentation des cours des matières premières sur le marché international. Les dépenses de consommation de l’huile de table représentent 1,7% de l’indice global et celui du pain et des céréales 7,07% . À fin février 2021, le cours mondial de l’huile de tournesol et celui du soja ont augmenté, respectivement, de 9,2% et 25,8%, au lieu de +11,2% et +9,4% au cours de toute l’année 2020. Le cours du maïs s’est accru de 40,9%, contre -2,7% en 2020 et celui du blé de +13,6%, au lieu de +7,8% pour toute l’année 2020. Ces fortes hausses devraient ainsi se répercuter sur le coût de la viande rouge. Car, près de 87% de l’alimentation et l’engraissement animal sont composés de maïs, d’orge et de tourteau de soja, des produits totalement importés de l’étranger, relève également le HCP.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc