×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Factures

Par L'Economiste| Edition N°:1846 Le 03/09/2004 | Partager

Le gouvernement semble sortir la grosse artillerie pour s’attaquer à la sous-facturation. Attention! s’il fait aujourd’hui un grand effort pédagogique, c’est qu’il y aura vraisemblablement de la casse pour les mois à venir. En particulier, dans des secteurs longtemps habitués à ce qu’on ferme les yeux. Le gouvernement veut couper l’herbe sous les pieds des fraudeurs sur deux fronts. D’abord, à travers la politique de démantèlement douanier, une gymnastique à laquelle le Maroc est obligé de se soumettre eu égard à ses engagements internationaux. Les droits de douane sont le premier niveau de vulnérabilité. Plus ces droits sont élevés, plus les candidats à la fraude sont nombreux et essayent de jouer sur les différentiels, prix déclarés-prix réellement payés. La baisse de la fiscalité douanière est donc un premier rempart contre la sous-facturation: il y aura moins de beurre!Deuxième mesure: les prix d’alerte. Ces prix planchers, différents néanmoins des prix de référence, seront utilisés par les douaniers contre d’éventuelles dérives. Les manipulations de prix tant à l’export qu’à l’import ont toujours eu des adeptes. Et les réglementations douanières sont habituellement le premier champ d’intervention pour les contrer. Mais ce ne sont pas les seules.C’est connu, sur tous les marchés où les réglementations de change ont été contraignantes, la sous-facturation, mais aussi la contrebande, ont proliféré. Et souvent c’est tout un ensemble de systèmes parallèles où caisses noires alimentées à l’étranger et corruption se développent aussi. Au cours de ces dernières années, le Maroc a multiplié les efforts pour libéraliser sa politique de change…Les opérateurs restent convaincus qu’il peut faire plus. Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc