×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Diaporama

Visite de travail du ministre de la Justice à la Chambre hébraïque du tribunal civil

Le 31/12/2020 -09:12 | Par L'Economiste | Partager


Le ministre de la Justice, Mohamed Ben Abdelakder, a effectué mercredi à Casablanca une visite de travail à la Chambre hébraïque du tribunal civil durant laquelle il a rencontré les juges de la Chambre en vue de prendre connaissance de leurs propositions et attentes dans la perspective de valoriser le rôle que la Chambre hébraïque joue dans le cadre du système judiciaire marocain.

Au cours de cette visite, qui s'inscrit dans le cadre des efforts visant à renforcer les réunions de communication avec les responsables judiciaires et administratifs des différents services judiciaires et le suivi de l'état des bâtiments des tribunaux du Royaume, le ministre a dévoilé la nouvelle plaque portant le nom de la Chambre hébraïque.

A cette occasion, Ben Abdelkader a souligné que le système judiciaire hébraïque était historiquement encadré par plusieurs Dahirs royaux, indiquant que le Maroc constitue une exception en ce sens que le Royaume est le seul pays arabe où les citoyens marocains jouissent de la religion juive et bénéficient d'un système judiciaire hébraïque propre à eux. Dans une déclaration à la presse en marge de cette visite, le ministre a ajouté que le système judiciaire hébraïque dans le Royaume a connu un grand développement et est devenu spécialisé en matière du statut personnel sur la base de la loi de Moïse, que la paix soit sur lui, et les règles du Talmud. Il a également souligné que ce service est pris en charge par des juges à Casablanca et Tanger qui relèvent du ministère de la Justice, précisant qu'ils jouent un rôle important dans sa gestion grâce aux prestations et aux tâches qu'ils accomplissent dans le cadre de la justice au profit des Marocains de confession juive.

Pour sa part, le président de la Chambre et le juge-rabbin, Joseph Israel, qui exerce en tant que juge dans ce tribunal depuis 1987, a indiqué que cette Chambre est spécialisée du statut personnel des Marocains de confession juive notamment le mariage, le divorce et le testament. Le Maroc, a-t-il ajouté, est le seul pays au monde qui dispose d'une Chambre hébraïque et où la justice est rendue sur la base de la loi de Moïse pour les Marocains de confession juive, relevant que cette situation n'existe même pas dans les pays européens. De son côté, le juge à la Chambre hébraïque, Zakouri Simon, a salué la visite du ministre qui prouve au monde entier la coexistence dont jouissent les citoyens de différentes religions au Maroc, relevant que "les religions célestes ne font pas de différence entre les hommes et les relations humaines sont importantes".

Dans une déclaration similaire, le juge-rabbin à la Chambre hébraïque, Hazout Israël, a pour sa part exprimé sa joie de cette visite qu'il considère comme un honneur pour les juges, soulignant que le mérite en revient à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, tout en ajoutant que les juges de la Chambre hébraïque sont mobilisés derrière le Souverain. Le ministre a également effectué une visite au chantier de réhabilitation du bâtiment du Tribunal civil de Casablanca, qui s'étend sur une superficie couverte de plus de 19 mille mètres carrés, et dispose de 10 salles d'audience et 245 bureaux. Le directeur de l'équipement et la gestion des biens au ministère, Hassan Albari, a indiqué que ce bâtiment revêt une grande importance, car il est considéré comme l'un des monuments historiques les plus importants de la ville, en plus il est classé comme patrimoine national au centre de la capitale économique du Royaume. Selon lui, les travaux en cours dans cette juridiction, qui a été créée entre 1916 et 1920, coûte au ministère un investissement de plus de 53 millions de dirhams, et ce dans le cadre des projets lancés par le département de la Justice pour la mise à niveau et le renforcement de ses infrastructures, rappelant que les travaux dans ce chantier ont connu une avancée d'environ 25 pc et concernent notamment la réhabilitation du bâtiment.

CP: A. Jarfi

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc