×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Dérive

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5792 Le 29/06/2020 | Partager
benabid-mohamed-2020.jpg

L'avant-projet est passé quasiment inaperçu, noyé dans le maelstrom du déconfinement et de l’urgence d’un retour à l’activité économique normale. Et pourtant ce qui s’apparente à une volonté de mettre au pas le HCP devrait inquiéter tout utilisateur de l’information statistique nationale.

Le pire des scénarios en effet serait celui de son instrumentalisation à des fins de communication politique. Au cours de ces 16 dernières années, la vie du haut commissariat, en formule Lahlimi, n’a certes pas été un long fleuve tranquille.  Il est ainsi arrivé que les relations soient tendues entre l’institution et les gouvernements sur les prévisions de l’emploi ou de la croissance, comme avec Jettou en 2004,  ou Benkirane en 2014, voire même en sourdine, sur les calendriers de diffusion des données.

A chaque fois s’est alors exprimé le besoin d’un travail de sensibilisation et de pédagogie autour des enjeux de gouvernance des services statistiques, mais ces crises ont fini par s’éteindre rapidement. Aujourd’hui c’est bien un tournant qui vient d’être franchi avec l’élaboration d’un nouvel échafaudage institutionnel sur le point d’être introduit dans le circuit législatif.

C’est incontestable, le système statistique national est conscient de ses marges d’amélioration. Le HCP a souvent été critiqué, quand ce n’est pas sur ses méthodologies (y compris par la Cour des comptes en 2012), c’est alors les difficultés d’accès de ses bases de données aux chercheurs (le HCP  ayant multiplié, il faut le reconnaître, les gestes d’ouverture au cours des derniers mois).

Que la statistique publique soit interpellée sur des considérations méthodologiques, cela fait partie du cours normal des choses. En revanche, que l’origine du scepticisme sur la fiabilité de ces données soit alimentée par des raisons extra-techniques est une dérive dangereuse.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc