×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Couverture

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5721 Le 18/03/2020 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Il n’y a pas de cygne noir… sauf quand il en arrive un. L’évènement est parfaitement imprévisible, sauf quand il survient. Les financiers, surtout à la Bourse, sont friands de cette théorie développée par Nassim Nicholas Taleb (Cf. L’Economiste du 17 mars 2020).

    Face à la pandémie, biologistes, médecins… font exactement l’inverse. Ils n’aiment pas du tout les explications qui n’expliquent rien.

    Quoi qu’il en soit, il est hautement probable que ceux qui auront vendu à la baisse s’en mordent les doigts dans trois ou quatre semaines. D’ici là, Nezha Hayat, la patronne de l’Agence marocaine des marchés de capitaux, a bien fait de plafonner les mouvements: ils ont peu ou pas de sens économique ou financier.

    En revanche, ils peuvent servir à «plumer» les moins méfiants des acteurs de la Bourse. Ils peuvent par contre abîmer durablement les entreprises cotées ainsi que leurs divers partenaires.

    Nul besoin de faire un dessin, ces entreprises font partie du trésor national, puisque c’est elles et leurs réseaux qui fabriquent la richesse: elles le font plus vite et plus massivement que les unités informelles, certes. 

    Mais ne pourrait-on pas revenir à la charge pour le civisme et la sécurité sanitaire. L’année dernière le gouvernement a abandonné le combat en rase campagne. Après avoir juré qu’il ne reviendrait pas sur une loi votée, il a cédé à une bronca contre l’identifiant ICE.

    Trente ans plus tôt, l’arrivée de la TVA avait provoqué des désordres, mais cette taxe est entrée dans le système fiscal (avec beaucoup de fraudes). Les protestataires de l’identifiant, dont la CGEM, ont tué une manière (la seule?) de réintégrer une partie des 2,5 millions de Marocains qui sont hors système.

    Hors impôts, peut-être, bien que leurs revenus les mettent bien en dessous du seuil. Hors soins, hors sécurité sociale? C’est certain. Et c’est malheureusement plus grave.

    Si ce virus pouvait apporter un peu plus de sagesse…

     

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc