×
+ L'ÉDITO
Par Meriem OUDGHIRI
Le 30/11/2021
À la loyale

Quitte à jouer du slalom avec un virus qui s’accroche, l’économie marocaine (comme celle du monde)...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Président du jury du Prix de L’Economiste pour la Recherche en économie et gestion.
Né en 1944, père de six enfants, Driss Alaoui Mdaghri est Professeur retraité de l’Enseignement Supérieur. Ecrivain et artiste, il préside l’Advisory Board de l’ESSEC Afrique, la Fondation des Cultures du Monde et le Jury du Prix de L’Economiste pour la Recherche en Economie, Gestion et Droit.  
Ministre pendant près d’une dizaine d’années, Driss Alaoui Mdaghri a été titulaire des portefeuilles suivants : Ministre de la Communication et Porte-parole du gouvernement (1995-1998), Ministre de la Jeunesse et des Sports (1993-1995), Ministre de l’Energie et des Mines (1990-1993), Secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères chargé de l’Union du Maghreb Arabe (1989-1990).
Il a dirigé de nombreuses organisations - telles que l’Institut Supérieur de Commerce et d’Administration des Entreprises (ISCAE), premier établissement d’enseignement de la gestion au Maroc de 1976 à 1982 , le Centre Islamique pour le Développement du Commerce (CIDC), organe subsidiaire de l’Organisation de la Conférence Islamique, de 1982 à 1989 - et plusieurs institutions locales et régionales comme le Centre Maghrébin d’Etudes et de Recherches Administratives à Alger, la Sucrerie Nationale du Tadla et la Caisse de Compensation au Maroc.
Driss Alaoui Mdaghri est Docteur en droit de l’Université de Nice et diplômé d’études supérieures en sociologie.

 

Edition N° 5268 | Le 09/05/2018
Il est des êtres tout à fait exceptionnels qui passent leur chemin doucement sur cette terre en creusant leur sillon sans fracas ni discours pompeux, mais qui arrivent, cependant, à laisser une trace indélébile de leur passage. Ahmed Driouchi était de ceux-là. Il avait la recherche chevillée au corps que servait une rigueur scientifique sans faille et une disponibilité constante. A cela, il faut...