×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Compresseur

    Par L'Economiste| Edition N°:976 Le 15/03/2001 | Partager

    José Bové, le très remuant berger syndicaliste du Larzac, engagé dans les batailles antimondialisation, l'a compris. C'est en manifestant haut et fort que les choses changent. Adulé ou haï, Bové a réussi à créer un rouleau compresseur médiatique et à faire barrage à ce qu'il considère comme contraire aux intérêts des agriculteurs en particulier et des consommateurs en général. La même bataille est aussi menée depuis longtemps par les milliers d'associations de consommateurs que comptent les pays industrialisés.Au Maroc, nous sommes encore à des années-lumière de ce qui se passe en Europe par exemple. Pour beaucoup de consommateurs, les priorités sont peut-être ailleurs. En l'absence d'un arsenal juridique efficace, ils sont seuls responsables de leur sécurité et doivent redoubler de vigilance. De leur côté, les autorités n'interviendront qu'en cas de décès ou d'intoxications collectives. En témoignent les différents scandales alimentaires déclenchés l'été 1999.Mais, la protection des consommateurs ne se limite pas uniquement à l'alimentaire. Elle concerne tous les produits et services, de la vente à la garantie, en passant par la publicité. Autrement dit, la protection contre toute forme d'abus. Et c'est ce que tentera de cerner le projet de loi en cours de préparation.En attendant, le Maroc célèbre aujourd'hui, 15 mars, la journée mondiale des droits des consommateurs. Cette année, le thème est le partenariat et les moyens de renforcer les associations de protection. Mais, il ne s'agira pas de clore le dossier une fois le mot de la fin prononcé pour le rouvrir l'année prochaine. La bataille n'est pas dans les salles de conférences, elle est sur le terrain. Et aurons-nous un jour notre Bové à nous?Meriem OUDGHIRI

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc