×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Chinoiseries

Par L'Economiste| Edition N°:2394 Le 03/11/2006 | Partager

C’est Jettou lui-même qui «représente le Souverain», souligne la diplomatie marocaine, au sommet sino-africain de ce week-end, sommet qui traite, dit le communiqué officiel, «d’intérêts communs des pays en voie de développement». La formule souligne que la Chine est (encore) dans le tiers-monde et qu’elle a donc le même intérêt que les pays africains qu’elle invite à ce troisième sommet. Il est un fait que Pékin a beaucoup investi pour tenter de convaincre le reste du monde que le monde chinois appartient en entier au monde sous-développé. En particulier, Pékin souhaite installer chez ses interlocuteurs africains l’idée selon laquelle nul ne doit craindre la Chine, qui n’est pas impérialiste, qui ne cherche que la mise en valeur commune des richesses naturelles de l’Afrique, parmi lesquelles les hydrocarbures…Même s’il reste parmi les dirigeants africains quelques nostalgiques de leurs années maoïstes à l’université, bien rares seront ceux qui vont croire à ce discours. La Chine est pauvre certes, mais il y a tant de Chinois, que cette pauvreté elle-même devient un atout, pas un handicap, pour la «grande marche vers la domination du monde». Car c’est bien de cela dont il s’agit: qui du monde occidental autour des Etats-Unis ou de la Chine, dans trente ans, dans cinquante ans aura les meilleurs accès à ce qui restera de ressources naturelles sur la planète? Et quand on est un petit pays comme le Maroc, avec bien peu d’habitants et presque rien en ressources naturelles, le vrai problème c’est de savoir comment naviguer dans ce combat de géants qui se met lentement en place. Evidemment, il n’y a pas d’autres choix que de faire bonne figure à tout le monde. Puis il faut travailler dur pour tisser des deux côtés des liens d’intérêts assez forts pour que l’un et l’autre des géants aient toujours à gagner en les préservant et en les développant.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc