×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Un monde fou

Par L'Economiste | Edition N°:1851 Le 10/09/2004 | Partager

. Un fumeur étranglé Un Danois de 19 ans a failli mourir étranglé par un passager furieux parce qu’il fumait dans une voiture non-fumeur d’un train de banlieue de la région de Copenhague. Croyant être dans une section fumeurs, le jeune homme avait allumé une cigarette et ignoré les protestations d’un passager, qu’il n’entendait pas, car il était en conversation avec son téléphone portable muni d’une oreillette. Un autre passager du train s’est alors jeté sur lui, le rouant de coups et le serrant très fort à la gorge, devant les autres voyageurs choqués. La victime a pu finalement se dégager et appuyer sur le bouton d’alarme du train. . Des bonbons pour les voyageurs en retard Une compagnie de chemin de fer a décidé d’offrir des boîtes de bonbons à la menthe à ses passagers pour s’excuser des retards causés par des travaux d’agrandissement d’un tunnel sur une ligne de l’est de Londres.Selon le Daily Telegraph, plus de 20.000 boîtes portant l’inscription «Thank you» (merci) ont été distribuées aux voyageurs pour marquer la fin de travaux pendant lesquels les passagers ont vu leur temps de transport allongé de 30 à 45 minutes, certains ne pouvant même pas voyager autrement qu’en bus sur une partie du trajet.«Tout le monde est resté bouche bée, des personnes ont jeté les bonbons à la poubelle par dégoût. Le minimum qu’ils auraient pu faire, c’est nous donner des billets gratuits ou une compensation financière pour les retards. Nous avons vécu l’enfer pendant huit semaines, ceci est une insulte», explique un passager.. Un aveugle au volant Un Britannique aveugle depuis l’âge de 12 ans prévoit de se rendre en octobre à Abbeville en France pour tenter d’y devenir le premier conducteur non-voyant à dépasser 290 km/h au volant d’une voiture.Steve Cunnigham, 41 ans, accompagné d’un copilote voyant dont il suivra les instructions, prévoit de pousser à ses limites sa Ferrari 355 GT pour battre le record du monde de plus de 280 km/h qu’il a établi lui-même en 1999 au volant d’une Dodge Viper. «La Ferrari est un animal totalement différent de la Viper, c’est plus léger, plus doux et plus sexy. Je suis sûr que nous y arriverons», a-t-il déclaré.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc