×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Eco-Consom

Regard sur l'actualité

Par L'Economiste | Edition N°:60 Le 31/12/1992 | Partager

Un barrage de la 2ème génération

C'EST un barrage, dans une conception nouvelle, qui a été inauguré par Sa Majesté Le Roi dans la région de Fès. Dans une conception élémentaire, un barrage maîtrise les eaux d'un fleuve, pour les réguler sur la région. Ici, le Sebou aux eaux abondantes, au site peu favorable à une retenue, cède ses eaux à l'Oued Inaouen sur lequel a été construit le barrage Idriss 1er. Les eaux permettront d'irriguer, bien en aval, le Gharb. Un programme de transferts inter-régionaux est en préparation. Il permettra de compenser les déficits de certains bassins versants par les excédents d'autres. Le transfert permis par le barrage Al Wahda, bien nommé, sera le plus important. Des cabinets marocains ont réalisé les études du complexe Aït Youb Matmata, nommé "Barrage Allal El Fassi", Campenon-Bernard a réalisé le barrage, la SGTM le bassin de compensation, Cogéfas-Cuibertas, la galerie. CIOR a livré le ciment. Au passage, Sa Majesté livre un message d'espoir aux populations rurales en proie à une campagne agricole qui s'annonce mal. Il sera soumis au prochain parlement un projet pour l'exonération des agriculteurs des impôts jusqu'à l'an 2020. Un milliard de Dollars sont prévus pour aider la zone du Nord à se passer des cultures illégales.

Skah démystifie les Kenyans

IL fallait une grande course pour laver l'affront de Barcelone. Skah l'a trouvée dans une banlieue parisienne, battant Chelimo et tous les Kenyans, arrogants, dans un cross, baptisé curieusement la Corrida des Houilles. Issus des hauts plateaux, les Kenyans ont des capacités cardiaques naturellement exceptionnelles, qui leur permettent de dominer les courses de fond. Au trouble-fêtes marocains, ils opposent les tactiques d'équipe, sinon la diffamation comme à Barcelone. Skah et Boutayeb ne pouvaient courir en équipe. Ils ne savent pas le faire et ne s'aiment pas. Quand sa médaille lui a été restituée, Skah déclarait que la suprématie kenyane n'était qu'un mythe. Il le confirme.

La dame en question

LA première femme "Homme en question", s'est révélée une grande dame, un mélange de Mère Thérésa et de Passionaria, selon l'expression d'une journaliste qui l'interrogeait, passant des grandes causes "progressistes" aux grandes causes de la Santé publique et du Sida. L'émission perd son agressivité et son côté "show", devient moins passionnelle. Elle gagne en maîtrise du temps et des sujets traités.

Iacocca: Retraite du patron à 1 Dollar

LEE IACOCCA était devenu célèbre par sa biographie vendue à 9 millions d'exemplaires, devenue best seller. Le patron de Chrysler prend sa retraite à 68 ans, après des aventures professionnelles caractéristiques du grand dirigeant. Henry Ford l'a poussé vers la porte, parce qu'il craignait une concurrence pour son propre fils, pour la succession. Ce licenciement en douceur lui offre, chez Chrysler, l'opportunité de devenir une célébrité mondiale. Il redresse l'entreprise, négocie avec le gouvernement américain un prêt record de 4,2 milliards pour sauver l'entreprise d'une faillite qui en aurait coûté 2,7 milliards. Au passage il réduit les salaires des ouvriers et limite le sien, pendant I an, à un Dollar, "ceux qui commandent doivent donner l'exemple", disait-il.

Le Président brésilien destitué

LE Président Fernando Collor a été destitué, pour une période de huit ans, de ses droits politiques par le Sénat brésilien. Et ce, en dépit de sa démission. Calcul raté. Cette destitution serait une valeur d'exemple pour tout autre homme politique. En Mai dernier, son frère, Pedro Collor, l'accuse de malversations... sourires de la population habituée aux scandales de corruption. Le Chef de l'Etat a perçu au moins 6,5 millions de Dollars illégaux. "Virus transmis", son épouse, Rosane, était condamnée à rembourser les dépenses d'une fête financée avec les deniers publics.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc