×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Tribune

Quel avenir pour la production de bananes au Maroc?

Par L'Economiste | Edition N°:402 Le 17/12/1998 | Partager

Par Larbi SAKKAT*

Cela fait maintenant un demi-siècle que le Maroc produit de la banane dans la vallée du Souss. Mais ce n'est qu'à partir des années 80 qu'une véritable culture de la banane s'est développée au Maroc. Y a-t-il encore un avenir?


Actuellement, près de 3.000 hectares de banane sous serres sont plantés. Les plantations ont été largement encouragées par les pouvoirs publics et les banques.
Plusieurs pays s'étonnent du reste que nous puissions produire de la banane au Maroc. Ceci a été réalisé grâce à la persévérance, l'expérience et le savoir-faire des producteurs marocains qui ont osé relever ce défi malgré les nombreux obstacles: géographiques (terrains), humains, matériels, techniques et commerciaux, et notamment:
· Elévation du taux de salinité dans l'eau.
· Augmentation du taux d'infestation des sols.
· Impact des conditions climatiques défavorables (basses températures, stagnation des eaux, vents, chergui)
· Qualité des intrants et leur coût exorbitant.

· Manque de techniciens agricoles.
· Circuit de commercialisation anarchique.
· Concurrence sauvage des bananes d'importation.
Malgré toutes ces entraves, les producteurs marocains, grâce à leur tenacité, ont pu réaliser l'autosuffisance au niveau national en matière de bananes à des prix de vente accessibles à toutes les souches de la population marocaine, avec une bonne qualité. Il reste, bien-entendu, d'énormes progrès à faire, notamment dans les domaines suivants:
1. De l'emballage et du conditionnement.
2. De la présentation et du calibre.
3. Du circuit de distribution.

La banane-Dollar


Mais le fléau le plus dangereux pour la banane marocaine, c'est la banane d'importation et la banane Dollar en particulier. Les multinationales américaines vendent leur banane à des prix très bas (dumping) 300 à 400 Dollars/tonne par rapport au prix de revient de la banane marocaine qui est de 600 DH/tonne.
Malgré la protection douanière (90%), la production marocaine ne pourra pas lutter contre la banane d'importation si les règles élémentaires de la concurrence et de la régulation du marché ne sont pas respectées.
L'objectif des multinationales américaines bananières est d'éliminer la production marocaine pour s'imposer par la suite avec des prix très élevés. L'association des producteurs de banane et le groupement des importateurs «privilégiés» se sont organisés depuis 1994 pour tracer un cadre qui permettrait à la banane d'importation d'être commercialisée au Maroc sans porter préjudice à la banane nationale.
Le règlement intérieur de cette association stipule expressément:
· La régulation de l'offre de la banane en fonction de la demande au niveau du marché national.
D'autre part, il est prévu l'établissement d'un calendrier d'importation des quantités à importer en fonction de la production intérieure ainsi que:
· Le suivi du cours de la banane à l'échelle nationale et internationale.
· La nécessité d'assurer la commercialisation de la production nationale.
Les producteurs s'engagent à:
· Améliorer la qualité de la production locale.
· Respecter les normes de qualité retenues (des progrès ont été réalisés dans ce sens).
Les importateurs s'engagent pour leur part à:
· Accorder la priorité à la commercialisation de la production nationale.
· Ne commercialiser que les quantités importées dans le cadre des décisions du conseil.
En date du 4 juin 1998, il a été décidé d'accorder aux importateurs 28.000 cartons par mois pour atteindre 196.000 cartons au 31 décembre 1998 (4000t environ).
Les quantités mensuelles sus-indiquées ne sont guère susceptibles de cumul.
Le tout sous le contrôle du ministère de tutelle, Ministère de l'Agriculture!!! Les importateurs, n'ayant pas respecté leurs engagements, ont porté un grave préjudice au produit national à tel point que la banane marocaine s'est vendue au-dessous de son prix de revient (jusqu'à 4,75 DH/kg). La banane d'importation s'est vendue à 7,5 DH/kg en carton de 19 kg, alors que le poids réel dépasse 20 kg.

Visées spéculatives


A titre d'exemple, les quantités autorisées à l'importation au 2ème semestre 1998, en accord avec les importateurs privilégiés et sous le contrôle du Ministère, ont largement dépassé le quota mensuel de 28.000 cartons:
· Septembre 98: 48.566 au lieu de 28.000.
· Octobre 98: 29.136 au lieu de 28.000.
· Novembre 98: 39.936 au lieu de 28.000.
Ces dépassements de quantité portent un grave préjudice à la commercialisation de la banane marocaine qui est actuellement au plus bas. Les producteurs marocains de bananes, soucieux de respecter les engagements du Maroc vis-à-vis du GATT, avaient trouvé avec une poignée d'importateurs-commerçants une solution pour l'importation de bananes à condition de réguler le marché marocain et favoriser la production nationale.
Mais malheureusement, les visées spéculatives et la recherche de l'intérêt personnel ont porté les importateurs de la banane-Dollar à faire fi de tout engagement et porter un coup fatal à la production nationale.
Que reste-t-il des 3.000 hectares de banane sous serres et des 15.000 familles d'ouvriers marocains employés dans la banane?
Qui épongera les crédits en cours contractés par les planteurs auprès des banques et notamment la CNCA?
Que restera-t-il des épargnes de devise si les importations de la banane s'accroissent de mois en mois?
Que restera-t-il de la lutte contre l'exode rural si les producteurs marocains arrêtent leurs cultures de banane?
Allons-nous tuer le poussin dans l'oeuf sous le regard amusé des producteurs de banane-Dollar et de leurs complices marocains?

* PDG du groupe ARBOR

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc