×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Powell entame sa visite aujourd'hui au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:1653 Le 02/12/2003 | Partager

. La lutte contre le terrorisme, la situation en Iraq, la feuille de route au Proche-Orient, tels sont les principaux dossiers à l'ordre du jour. Le renforcement des réformes au Maroc et la question du Sahara sont également au menu. Par la même occasion, Powell fait un pied de nez à l'UEL'intégration maghrébine est aujourd'hui une exigence, sinon une condition sine qua non pour l'instauration d'un partenariat pérenne aussi bien avec l'Union européenne (UE) que les Etats-Unis. A deux jours de la tenue du sommet des 5+5 prévu du 4 au 6 décembre à Tunis, le secrétaire d'Etat américain aux Affaires étrangères entame aujourd'hui après-midi sa visite au Maroc avant de s'envoler vers l'Algérie. Colin Powell avait commencé son périple maghrébin par une visite en Tunisie hier lundi. De plus en plus, la région maghrébine est perçue par les deux plus importants partenaires des pays maghrébins comme un bloc. Toujours est-il que chaque visite d'un responsable de ces deux puissances à un pays de la région conduit souvent automatiquement aux autres. Pourtant, la construction de l'Union maghrébine, que les peuples de la région appellent de leurs vœux, reste toujours bloquée par le dossier du Sahara marocain. La visite de Powell à la région devrait contribuer à débloquer la situation. Toutefois, il est clair qu'il ne faut pas placer beaucoup d'espoir sur cette visite qui intervient dans une conjoncture difficile pour l'administration Bush aussi bien en Iraq qu'en Palestine. L'armée américaine ne cesse de subir des revers infligés par la résistance irakienne et le processus de paix au Proche-orient s'enlise d'année en année. Selon le porte-parole du département d'Etat aux Affaires étrangères, Richard Boucher, le périple du secrétaire d'Etat américain dans la région est une visite d'information et de concertation sur la lutte contre le terrorisme, l'évolution de la situation en Irak et du processus de paix au Proche-Orient. L'administration Bush est en quête d'une issue au bourbier irakien. La concertation avec les pays arabes s'avère ainsi inéluctable pour trouver la meilleure solution et éviter à la région plus de tension. La situation en Irak est donc le sujet de prédilection des discussions du responsable américain avec les dirigeants maghrébins.Le président Bush avait déjà préparé cette visite en saluant les progrès réalisés en matière de démocratie et de droits de l'homme dans certains pays arabes notamment au Maroc, Bahraïn, Oman, l'Egypte et l'Arabie Saoudite. Il avait rendu un vibrant hommage au Souverain en invoquant des citations du discours de SM le Roi lors de l'ouverture du Parlement sur la réforme du code de la famille. La lutte contre le terrorisme, un sujet encore plus cher à l'administration Bush, sera au centre des discussions avec les leaders de la région. Selon le porte-parole de Colin Powell, les pays de la région ont été l'objet d'attaques terroristes. Des pays comme le Maroc et la Tunisie ont été frappés directement par les mêmes terroristes internationaux tandis que l'Algérie fait face à ce problème depuis des années. Les Etats-Unis apportent leur aide en soutien aux efforts des pays de la région en matière de lutte contre le terrorisme à travers la formation, le renforcement des lois, et l'échange d'informations.Les Etats-Unis se sont également engagés à accompagner les réformes que chacun des trois pays de la région a lancées notamment en matière de démocratie. Le porte-parole a notamment donné en exemple le Maroc qui a connu ces dernières années, de très importantes réformes. L'administration Bush compte toutefois œuvrer avec les pays maghrébins selon leurs propres plans et calendriers.Pourtant, il ne faut pas oublier que ce périple maghrébin du responsable américain vient juste après sa visite à Maastricht en Hollande où il a participé à la ministérielle annuelle de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Après sa tournée dans les pays du Maghreb, Colin Powell devra retourner en Europe à Bruxelles pour assister à la réunion semi-annuelle des ministres des Affaires étrangères de l'OTAN.Ce pied de nez fait à l'Europe entre deux visites survient à la veille de la tenue du sommet des 5+5. La visite de Powell apparaît dès lors comme un message américain de son intention de renforcer sa présence dans la région. Les discussions bilatérales avec les responsables marocains porteront assurément sur l'évolution des pourparlers sur l'accord de la zone de libre-échange entre les deux pays qui se trouve à un stade avancé. Le prochain round des négociations prévu pour ce début décembre devrait finaliser l'accord.


Une ONG américaine interpelle Powell

La question du Sahara qui envenime les relations entre les pays de la région ne manquera pas d'accaparer les discussions des responsables marocains avec le responsable américain. La situation des prisonniers marocains à Tindouf mobilise en effet l'opinion publique nationale et internationale. Une ONG américaine, le Conseil américain pour la défense des prisonniers marocains détenus à Tindouf, a appelé Powell, à la veille de sa visite en Algérie à œuvrer pour la libération des prisonniers marocains qui croupissent encore dans les geôles du «polisario» à Tindouf en territoire algérien.Noureddine FASSI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc