×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Entreprise Internationale

Pentland se défait d'Adidas

Par L'Economiste | Edition N°:57 Le 10/12/1992 | Partager

Bernard Tapie Finance SA (BTF)a racheté, pour 147,5 millions de Marks, la minorité de blocage que détenait le groupe britannique Pentland dans BTF GmbH, le holding allemand qui détient 95% du capital d'Adidas. Ce prix est près de 10% supérieur aux 134,5 millions de Marks apportés par Steven Rubin, le patron de Pentland, en Août 1991, lorsqu'il décidait de rentrer dans le tour de table de la marque aux trois bandes.

Un an après, le 7 Juillet 1992, Pentland annonçait son intention de racheter Adidas avec l'acquisition du reste du capital de BTF GmbH pour 621 millions de Marks.

Cependant, après un audit sur les comptes du fabricant d'articles de sport, le groupe britannique renonçait, le 15 Octobre dernier, à l'opération. "L'examen minutieux de la situation d'Adidas et de ses filiales, au cours des trois derniers mois, a fait apparaître des problèmes dont Pentland n'avait pas eu connaissance auparavant. Ces problèmes, très sérieux, n'ont pu être résolus par la négociation", précisait un communiqué datant du même jour.

En cédant sa participation, la firme anglaise aura donc réalisé une plus-value imposable de 34 millions de Livres. Ses titres lui donnaient 25,05% des droits de vote, la minorité de blocage en Allemagne et un siège au conseil de surveillance.

Selon un des actionnaires de BTF, l'acquisition des parts de Pentland, qui "représente une étape intermédiaire dans la restructuration en cours du capital de BTF GmbH", sera financée par un apport des banquiers d'Adidas.

La marque aux trois bandes, dont les résultats seront déficitaires cette année et les commandes de la saison 1992- 1993 moins promeneuses, devrait voir son actionnariat entièrement rénové avec la sortie prévue de Bernard Tapie et la montée du Crédit Lyonnais via sa filiale SDBO, principal financier de BTF en France.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc