×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprise Internationale

La Société Générale restructure son réseau France

Par L'Economiste | Edition N°:49 Le 15/10/1992 | Partager


LA Société Générale vient de présenter un plan de restructuration du réseau France. Ce plan prévoit le regroupement d'agences et une réduction d'effectifs de 2,5% par an, pendant trois ans. Sur les 23.000 personnes travaillant dans le réseau, ce sont donc 1.600 emplois environ qui seront touchés d'ici à 1995. Ne tenant pas compte des embauches, ce chiffre risque d'être plus important. Les syndicats, qui se sont vivement opposés à ce programme, l'estiment à environ 3.000.
La réforme du réseau France comprend également 15 regroupements d'agences mères par an, pendant trois ans. Ces agences réunissent des centres de gestion adminis-trative, des agences de plein exercice et des guichets. La banque affirme toutefois que «le nombre de points de vente sera maintenu».
Aux yeux des syndicats, l'avenir des postes administra-tifs ainsi que l'effort de for-mation sont du coup remis en question.
S'élevant contre ces mesures, l'Intersyndicale a précisé dans un communiqué que le programme «consacre le choix d'une activité de banque centrée sur les activités de marché et la politique du tout-haut de gamme dans la clientèle privée et commer-ciale».
Pour la Société Générale, la restructuration envisagée ne rompt pas avec la politique commerciale menée actuel-lement. Son objectif, explique l'établissement, est de «permettre au réseau domes-tique de continuer à apporter une contribution en croissance aux résultats de la banque dans un environnement encore plus compétitif, en développant une politique commerciale dynami-que tout en améliorant la productivité».
Pour continuer à gagner des parts de marchés, la Société Générale souhaite se recentrer sur les clients les plus rentables, ce qui signifie, chez les syndicats, les segments haut de gamme de la clientèle. La Société Générale est donc accusée de mener une politique élitiste, alors que sa force d'aujourd'hui c'est justement «sa nature de grande banque nationale de dépôts et tous publics».

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc