×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Iran/pétrole: Appel d’offres international

Par L'Economiste | Edition N°:2430 Le 26/12/2006 | Partager

. Il doit faire face à une pénurie de pétrole dans les prochaines annéesL’IRAN va lancer le 26 décembre un appel d’offres international pour l’exploration et le développement de 17 blocs pétroliers, a déclaré Mahmoud Mohades, responsable des opérations d’exploration de la compagnie nationale de pétrole de l’Iran (NIOC), a rapporté le 25 décembre la télévision d’Etat. «Demain les appels d’offres pour 17 blocs pétroliers seront publiés par la presse», a déclaré Mohades. «L’investissement minimum est de 460 millions d’euros pour ces blocs», a-t-il ajouté. Il a ajouté que 12 blocs se trouvaient sur terre et cinq autres en mer. Si la société ayant obtenu le contrat d’exploration pour chacun de ces blocs trouve du pétrole, elle en aura automatiquement le contrat de développement, a déclaré M. Mohades. L’Iran a déjà signé des contrats avec des compagnies internationales pour le développement de neuf blocs pétroliers, ceux d’Anaran, Farsi, Garmsar, Khoramabad, Kouhdasht, Mehr, Monir, Saveh et Zavareh Kashan. Les experts estiment que les 17 blocs contiennent du pétrole lourd dont l’exploitation pourrait avoir un coût élevé. Par ailleurs, l’iran souhaite développer le nucléaire civil pour éviter d’avoir à faire face dans les prochaines années à une pénurie d’énergie provoquée par le manque d’investissements dans le secteur pétrolier, estime une étude américaine rendue publique le 25 décembre. «Depuis 1980, la croissance de la demande énergétique (en Iran) a atteint 6,4%, ce qui est supérieur à la croissance de l’offre (+5,6%) et les exportations stagnent depuis 1996», souligne-t-il. Selon l’étude, la production de l’Iran a été inférieure lors des 18 mois écoulés au quota fixé par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), ce qui témoigne des difficultés de production dans ce pays.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc