×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Endesa pourrait bloquer l’OPA d’E.ON

Par L'Economiste | Edition N°:2360 Le 13/09/2006 | Partager

. Et cela, malgré un accord Madrid-Berlin LE premier groupe d’électricité espagnol, Endesa, pourrait bloquer l’OPA de l’allemand E.ON si l’accord approuvé le 12 septembre entre les gouvernements espagnol et allemand «n’est pas favorable à ses actionnaires», rapporte mardi le quotidien espagnol El Economista. La compagnie «peut le faire si elle maintient ses recours judiciaires contre Gas Natural», qui par ricochet paralysent également toute évolution du dossier E.ON, explique le journal. Endesa a réussi à freiner les ambitions de l’espagnol Gas Natural, qui la convoite également, et dont l’offre a été suspendue par deux tribunaux espagnols. Son président, Manuel Pizarro, «a répété à plusieurs reprises qu’Endesa vaut plus de 30 euros par action et il semble prêt à livrer bataille jusqu’à ce que quelqu’un paie ce prix pour l’entreprise», ajoute El Economista. E.ON a lancé en février une OPA sur Endesa à 27,5 euros par action, supérieure à celle de 21,3 euros lancée en septembre 2005 par Gas Natural. Le régulateur espagnol de l’énergie (CNE) a autorisé l’opération d’E.ON en lui imposant 19 conditions restrictives, aussitôt jugées «sans fondement» par le groupe allemand, qui demande l’annulation de 10 d’entre elles. Un accord sur cet épineux dossier devait être annoncé hier par les chefs de gouvernement espagnol et allemand réunis en Allemagne. Celui-ci comprendra «l’élimination d’une grande partie des conditions imposées par CNE, notamment sur les cessions d’actifs d’Endesa», selon le quotidien Cinco Dias. La Commission européenne a averti qu’elle aurait son mot à dire sur tout éventuel accord entre Berlin et Madrid dans l’affaire E.ON/Endesa, mettant en garde contre le risque de «chaos» si les 25 arrangeaient dans leur coin des accords bilatéraux sur les fusions d’entreprises.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc