×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Centrale Laitière veut lutter contre la malnutrition

Par L'Economiste | Edition N°:3294 Le 09/06/2010 | Partager

. Elle a mené à bien une opération pilote en faveur de 3.700 enfants . Des «kits petit-déjeuner» gratuits chaque matin pendant un an LA «Fondation Centrale Laitière pour la nutrition de l’enfant» a été lancée officiellement lundi dernier lors d’une réception à l’hôtel Hyatt Regency à Casablanca. Driss Bencheikh, PDG de Centrale Laitière, a présenté devant l’assistance les missions de la toute nouvelle fondation et ses raisons d’être. Comme il l’a souligné, «la Fondation Centrale Laitière pour la nutrition de l’enfant est autonome juridiquement et financièrement. Pour se donner les moyens de réaliser ses objectifs, le financement de son activité est assuré par une cotisation équivalente à 1% du résultat net de Centrale Laitière, à laquelle peuvent s’ajouter diverses donations». Ses objectifs: agir durablement et efficacement pour améliorer la nutrition et donc la santé et le bien-être des générations futures. Pour mener à bien ses missions, cette fondation, dont la création effective remonte en réalité à 2007, s’appuie sur l’aide d’un comité scientifique nouvellement constitué. Même si la Fondation n’avait pas encore été inaugurée officiellement, ses actions ont démarré en 2008 avec une opération-pilote, intitulée «programme petit déjeuner scolaire». Elle avait bénéficié à 3.700 enfants de la zone rurale d’El Jadida, qui ont reçu chaque jour, gratuitement, dans leurs écoles, tout au long de l’année, des kits petit-déjeuner, composés de deux produits: le Nutrilait, une ration de 200 ml de lait UHT enrichi, destiné à couvrir 30% des apports journaliers recommandés en fer, iode, vitamine A, vitamine D3 et calcium. Ce produit n’est pas sur le marché. Il a été produit spécifiquement pour cette opération. L’autre produit contenu dans le kit est le biscuit Golden. C’est une ration individuelle riche en blé et élaborée à base de «vitamix» et de «premix», des farines enrichies. Elle représente 12 à 15% des apports journaliers recommandés en vitamines B et 26% des besoins en fer, selon les responsables communication de l’entreprise. Cette opération a été menée en collaboration avec Bimo et les équipes de l’Académie régionale de l’éducation et de la formation de la région Doukkala-Abda. A l’avenir, la Fondation compte élargir ce programme à d’autres régions du Royaume, afin «d’accompagner un maximum d’écoliers dans leur réussite scolaire». Elle va peut-être aussi mener des actions avec Sotherma et Fromagerie des Doukkala. Nadia BELKHAYAT

Risques

LES carences en micronutriments, dues à un apport alimentaire déséquilibré, concernent une grande partie de la population marocaine, et causent de nombreux troubles chez l’enfant, annoncent les responsables communication de Centrale Laitière. Principales raisons à cela: un faible pouvoir d’achat, une alimentation déséquilibrée, avec une surconsommation de sucres et céréales au détriment des fruits, des légumes, des protéines et des produits laitiers. Ce fléau peut avoir des risques graves sur la santé: troubles oculaires, retard de croissance, léthargie, rachitisme, retard mental, déformation des os chez les jeunes enfants, altération du capital osseux, ostéoporose…

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc