×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 29/11/2021
Explications

A la moindre blessure, on coupe tout le membre pour éviter la gangrène; c’est la médecine du Moyen...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Covid-19: Accalmie?

Par L'Economiste | Edition N°:6119 Le 22/10/2021 | Partager
vaccination-019.jpg

L’annonce récente de la baisse globale des cas positifs de Covid-19 au sein du Royaume a impacté nos lecteurs différemment. Tandis que certains y perçoivent une porte de sortie évidente, d’autres demeurent encore sceptiques quant à une issue probable à la pandémie… (Cf. notre édition du 12/10/2021)

■ Bilan positif!
Cette pandémie touche presque à sa fin. Il aura fallu près de deux ans pour en venir à bout, comme ce fut le cas pour la grippe espagnole il y a de cela un siècle! Ce drame sanitaire nous a permis de tester notre résilience et notre capacité à réagir en tant que citoyens mais aussi dirigeants politiques. Et le bilan est pour le moins positif! En effet, lorsque l’on constate le niveau de croissance prévu pour 2021 au Maroc – qui tourne autour des 6% - l’on en conclut que notre Royaume a su profiter des opportunités de la crise! Par ailleurs, grâce au niveau de vaccination atteint actuellement sur le territoire, qui oscille à plus de 80%, l’on pourra affronter les variants avec plus d’efficacité! A bon entendeur…               

A.A.

■ La même chanson qui se répète
Nous avons entendu cette chanson des centaines de fois, à tel point qu’on ne parvient plus à y croire! Même si le Maroc connaît une accalmie certaine actuellement, d’autres pays du globe – dont notamment la Russie - connaissent des records en termes de décès! Sommes-nous à l’aube de l’apparition d’un nouveau variant? Quoi qu’il en soit, notre unique option est d’accélérer la vaccination et de respecter rigoureusement la distanciation. C’est à ce prix uniquement que nous pourrons anticiper les dégâts futurs. Nous n’en avons certainement pas fini avec cette pandémie…

M.C.A.

■ Ne lâchons pas prise pour autant!
Cette pandémie ayant quasiment paralysé le Maroc (mais aussi le monde) durant près d’un an et demi, un retour à la normale se profile enfin à l’horizon! Néanmoins, malgré ce regain d’espoir, il demeure essentiel de nous montrer prudent face à l’évolution du virus. Respectons davantage les gestes barrières de rigueur et n’oublions pas de garder nos masques! Le virus fait encore partie de nos vies…          

F.D.

                                                                     

Santé: Nabila Rmili, maire mais pas ministre

L’annonce de la démission de Nabila Rmili du poste de ministre de la Santé alors qu’elle occupait déjà celui de présidente du conseil de Casablanca, a été particulièrement bien accueillie par nos lecteurs qui trouvent cette décision autrement plus sage… (Cf. notre édition du 14/10/2021)

■Se concentrer en premier lieu sur les défis de la ville blanche
Cette destitution représente une excellente décision en soi. En effet, madame Rmili ne peut exercer les deux fonctions à la fois. Elle doit se concentrer sur une seule mission pour pouvoir la relever de manière efficiente et sans impacter sa santé. De plus, la maire de Casablanca a du pain sur la planche. Elle doit être disponible et en pleine forme pour pouvoir remplir ses fonctions convenablement. Bon nombre de problèmes traumatisent les Casablancais, dont notamment le désordre de la métropole, le stationnement, les gilets jaunes, les voies de circulation ou, encore les agressions tout autant verbales que physiques. A mon sens, cette décision devra aussi s’appliquer aux maires des autres villes du pays!  A méditer…                             

B.S.

■ Premier ratage
Cette décision me laisse totalement perplexe! En effet, le remplacement de Nabila Rmili a eu lieu une semaine à peine après sa nomination en tant que ministre de la santé. Est-ce voulu par la nouvelle maire de Casablanca qui trouvait qu’occuper deux fonctions à la fois représentant une trop grande charge? Sa démission «quasi-suggérée» pourrait aussi s’expliquer par le tollé que sa nomination a provoqué sur les réseaux sociaux, faisant allusion à son passé chaotique au ministère de la santé. Quoi qu’il en soit, c’est un premier ratage pour le gouvernement qu’il devient urgent de dépasser! Madame Rmili devra rapidement démontrer ses compétences et son génie en matière de gestion de la ville blanche et de ses multiples problèmes structurels… Bon courage! 

A.A.

                                                                     

Et d’autres réactions

■ Tentative de fraude à la BCP: Une arnaque devenue monnaie courante!
Le piratage des données personnelles est devenu monnaie courante ces dernières années. En effet, il faut savoir que les sites internet qui exigent la saisie de ces informations avant tout achat sur la toile ont bien souvent de mauvaises intentions et font office d’arnaqueurs! La vigilance est donc de mise pour tout acte d’achat en ligne, qu’il s’agisse de vêtements, d’électroménager, de voyage ou encore de high-tech… Par ailleurs, si le site est inconnu dès le départ, n’oublions pas de vérifier la présence de mentions légales. Préservons-nous!                  

A.B./F.D.

■ Projet d’employabilité de l’ENCG: Une solution bénéfique pour les étudiants
Cette initiative de l’ENCG visant à booster les compétences de ses étudiants représente un véritable tremplin pour leur avenir! En effet, mettre en contact ces derniers avec un cabinet de conseil leur ouvre littéralement les portes en matière de recrutement ou même de stage. Une plus-value qui devrait servir d’exemple aux autres établissements du domaine.             

F.D.

■ UM6SS: Un second hôpital pour étoffer l’offre!
 Ce nouvel hôpital de l’Université Mohammed VI des sciences de la santé (UM6SS) est une aubaine pour la population de la région. L’établissement propose en effet un large éventail de soins et dispose d’un plateau d’équipement de dernière technologie! De plus, la présence d’un laboratoire d’analyse du mouvement pour les patients polytraumatisés constitue un réel atout à ne pas négliger!                     
 F.D.

■ Marathon des Sables: Une prouesse en période de pandémie

marathon-des-sables-019.jpg

Organiser une course d’une telle envergure en pleine période de pandémie n’est pas chose facile! Cette édition 2021 est donc particulière et a constitué un véritable challenge dans le contexte actuel.                                              

F.D.

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite