×
+ L'ÉDITO
Par Dr Mohamed BENABID
Le 28/10/2021
RAM

Agilité et flexibilité... Addou et ses équipes tentent de faire ce que toute entreprise qui se...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Réhabilitation des oasis et arganier: Le plan du palmier dattier totalement réalisé

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5910 Le 22/12/2020 | Partager
La production a plus que doublé en 2020 à 149.000 tonnes
Le programme de l’arganier sur de bons rails
Reste à renforcer la dynamique de l’intégration

Le plan de développement des oasis et de l’arganier accroche. Le constat est dressé par le Comité d’orientation stratégique et du Conseil d’administration de l’agence dédiée. Les deux réunions, tenues sous la présidence du ministre de l’Agriculture, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch, ayant en effet permis d’examiner le bilan de la période 2012-2019.

dattes-oasis-010.jpg

Avec le développement du froid, les dattes marocaines sont désormais présentes dans le commerce durant de longues périodes avec plusieurs variétés (Ph. Bziouat)

Les membres du Comité stratégique et du Conseil de l’Agence de développement des zones oasiennes ont, par la même occasion, passé en revue les accords de partenariat conclus avec les opérateurs ainsi que le plan d’action triennal 2021-2023.
D’emblée, les résultats s’avèrent encourageants et dépassent dans certains cas les objectifs ciblés par la stratégie déployée par l’Agence. (Voir indicateurs clés ci-contre).

Concernant la filière du palmier dattier, le programme lancé en 2010 a été entièrement réalisé par la plantation de 3,06 millions de plants. Grâce à la dynamique qu’a connue la filière, notamment en termes d’amélioration des techniques de production dans les palmeraies traditionnelles et l’entrée en production des plantations privées dans les zones d’extension, la production des dattes a été multipliée par 2,3 avec une campagne record de 149.000 tonnes en 2020. Cette dynamique a permis la création de 4,45 millions de journées de travail.

La filière de l’arganier a également enregistré des avancées remarquables, suite au programme de réhabilitation lancé en 2013. Ces progrès seraient renforcés avec le dernier programme déployé en 2020. Pour le moment, environ 146.000 ha d’arganier ont été réhabilités selon un rythme de 20.000 ha par an.

Le programme de l’arganiculture portant sur la plantation de 10.000 ha chez les opérateurs privés, accompagné de plantes aromatiques et médicinales (2.000 ha) est sur de bons rails. Il en est de même des autres projets lancés en février 2020. 

Globalement, le plan de développement de l’arganier enregistre un taux d’avancement de 66% des plantations, est-il indiqué. Ce qui est en phase avec les engagements pris avec le bailleur de fonds (Fonds Vert pour le Climat).

cooperatif-010.jpg

Le système coopératif, en particulier parmi les femmes, a enregistré un bond sans précédent sur la dernière décennie. L’aspect artisanal reste néanmoins prédominant  (Ph. L’Economiste)

En termes d’indicateurs économiques, les exportations d’huile d’argane sont passées de 400 tonnes en 2010 à 1.348 tonnes en 2019. Parallèlement, les investissements privés dans la filière ont atteint près de 48 millions de DH en 2019 contre 31,5 millions en 2013.

La réunion a aussi été l’occasion de faire le point sur l’état d’avancement de la mise en œuvre des conventions signées devant le Roi Mohammed VI en octobre 2013. A  cet effet, une enveloppe de plus de 1,1 milliard de DH a été mobilisée  dont plus 940 millions financés dans le cadre du Fonds de développement rural et des zones de montagne. Ces conventions ont permis la réalisation de plus de 356 projets au niveau de 126 communes rurales.

Pour Aziz Akhannouch, la dynamique doit être maintenue, voire renforcée. Il s’agit à ses yeux de surmonter les obstacles et les défis qui persistent. Ceci, via  le déploiement de programmes de développement intégrés à même de générer de réelles valeurs ajoutées tout en assurant plus de durabilité et de revenus aux populations concernées, principalement les jeunes et les femmes. Le tout sur la base d’une concertation permanente et suivie entre les divers acteurs et intervenant dans les filières ciblées.

Chiffres clés

  • Baisse de 6,6 points du taux de pauvreté: 6,8% en 2019 contre  13,4% en 2007.  
  • 93,4 milliards de DH investis contre un objectif de 92,5 milliards en 2020-2021.
  • Le produit intérieur brut est passé de 84 à 129 milliards de DH entre 2009 et 2018.
  • Création de 92.624 emplois dans la zone d’action de l’agence entre 2012 et 2019.
  • Le taux d’électrification rurale est passé de 95% à 99%, l’accès à l’eau potable de 81% à 94% et le désenclavement de 70% à 83%.
  • Le volume des ressources en eau atteindra près de 1.445 millions de m3 après réalisation des projets en cours (barrage de Kadoussa et barrage d’Agdez).

A.G.

 

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite