×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Agadir: Crocoparc accueille ses bébés anacondas

Par Ghizlaine BADRI | Edition N°:5894 Le 30/11/2020 | Partager
27 bébés anacondas pour la 2e fois cette année
Une surface de 5.000 m2 prévue dans le cadre de ce nouveau chantier
Un projet de tyrolienne pour plus de sensations fortes

Malgré la crise sanitaire, le Crocoparc d’Agadir continue sur sa lancée avec une multitude de projets. Après la naissance pour la première fois en début d’année de bébés anacondas, le parc situé à Agadir accueille depuis une semaine 27 bébés de cette espèce qui est de plus en plus rare dans le monde.

crocoparc-094.jpg

Crocoparc, un magnifique parc de 4 hectares, est connu pour ces espèces variées de 325 crocodiles du Nil qui nagent sous le regard médusé des visiteurs, dans les nombreux bassins qui leur sont destinés à eux et aux anacondas (Ph. L’Economiste)

«Nous sommes heureux d’accueillir ces bébés surtout que la naissance en élevage est très rare. Nous avons eu le bonheur de voir ce joyeux événement deux fois cette année, en janvier et puis en novembre. Les soigneurs les nourrissent de viande hachée et en prennent grand soin», confie Ariane Marinetti, Directrice Générale de Crocoparc. Les anacondas vivent dans le bassin amazonien et les femelles mettent au monde après 7 mois de gestation des petits qui sont tout de suite autonomes. Ils se nourrissent de mammifères, d’oiseaux et de reptiles et sont capables de rester des mois sans manger.

«Nous sommes le seul parc au monde à avoir autant d’Anacondas, la plupart des parcs animaliers, n’en ont qu’un ou deux. Nous sommes heureux de récolter le fruit de notre labeur», se réjouit Ariane Marinetti qui annonce «qu’un zoo japonais s’est déjà manifesté pour acquérir quelques spécimens». Les 27 anacondas verts seront distribués dans des parcs à travers le monde par le biais d’échange ou de prêt d’élevage.

Pour rappel, la grotte aux serpents a été inaugurée en mars 2019 au Crocoparc. L’Anaconda vert ou «Eunectes murinus», de son nom scientifique, peut dépasser 6 mètres pour un poids supérieur à 150 kilos à l’âge adulte. Originaire de l’Amérique du Sud, il vit à proximité de l’eau. Cet animal reste discret grâce à sa couleur verte et ses taches noires. Il chasse à l’affût, attendant qu’une proie passe à proximité. La digestion se fera sur la berge, au soleil pendant plusieurs jours, parfois des semaines suivant la grosseur de la proie.

De notre correspondante permanente, Ghizlaine BADRI

                                                                                         

«Nous sommes chanceux d’avoir eu une si grande portée»

ariane-marinetti-094.jpg

Ariane Marinetti, Directrice Générale du Crocoparc d’Agadir  (Ph. AM)

- L’Economiste: Quelle est la particularité de ses naissances d’Anaconda?
- Ariane Marinetti:
Les anacondas sont des espèces qui ne se reproduisent pas souvent en élevage, c’est un fait rare dans le monde. Par conséquent, c’est pour nous une grande réussite et une fierté de voir dans la même année deux naissances d’Anacondas. C’est un évènement extraordinaire et une chance pour le Maroc également. Alors que les autres parcs ont très peu d’anacondas, nous allons pouvoir faire des échanges et des transferts comme pour le parc japonais qui nous a passé commande. Ces naissances s’expliquent par le fait que nous offrons des conditions parfaites à nos animaux, dont certains sont hors du commun et nous travaillons activement à leur bien être. Il faut une réelle osmose entre chaleur et humidité pour que les mâles et les femelles puissent se reproduire, aussi avons-nous mis à leur disposition des bassins de grande taille pour nager. Toutes ces conditions sont idoines pour préserver cette espèce. Les Anacondas verts sont les plus lourds et les plus longs serpents dans le monde, nous avons aussi des espèces de pythons réticulés qui sont moins lourds et moins longs.

- Qu’en est-il de votre projet d’extension et de tyrolienne?
- Nous avons décidé de créer sur l’espace déjà existant une tyrolienne qui va traverser les grands bassins de crocodile pour créer plus de sensations fortes. Bien entendu, il y aura des règles de sécurité très strictes et nous allons veiller à ce qu’elles soient appliquées de manière rigoureuse. Les enfants ne pourront accéder à cette activité qu’à partir d’un certain âge. Enfin, nous allons préparer le terrain avant le lancement officiel des voyages à bord de la tyrolienne. En ce qui concerne l’extension du site, elle concernera une surface de 5.000 m2 sur laquelle nous allons proposer encore plus d’activités pour nos visiteurs nationaux et internationaux. Nous sommes actuellement ouverts, dans le strict respect des mesures de sécurité sanitaire, et sommes prêts à accueillir petits et grands pour découvrir nos bébés anacondas ainsi que leurs parents.

Propos recueillis par G.B.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc