×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Finances publiques: Tableau de bord du projet de loi de finances

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5886 Le 17/11/2020 | Partager

Le projet de loi de finances entame aujourd’hui la deuxième étape législative avec le démarrage des discussions au niveau de la deuxième chambre du Parlement. Les propositions d’amendement des syndicats et de la CGEM sont attendues pour ce projet qui intervient dans une période critique caractérisée par une crise sanitaire inédite ayant conduit à un arrêt quasi-total de l’activité économique partout dans le monde. La crise du Covid-19 a plongé l’économie nationale dans une récession profonde (voir info sur la croissance).  Des mesures d’urgence ont été mises en place et ont permis d’absorber en partie le choc mais, presque tous les secteurs ont été affectés par cette crise. Plus d’un demi-million d’emplois ont été détruits au troisième trimestre. Le secteur des «services» a perdu 260.000 postes dont 196.000 dans les villes. Ce qui s’est traduit par une baisse de 5,2% de l’emploi dans ce secteur. Dans l’agriculture forêt et pêche 258.000 postes sont supprimés: 260.000 en milieu rural contre une création de 2.000 emplois dans les villes. L’industrie y compris l’artisanat compte 61.000 emplois en moins:  44.000 en milieu urbain et 17.000 dans le rural, ce qui correspond à une baisse de 4,8% du volume de l’emploi dans ce secteur. Les BTP ont connu une stagnation du volume d’emploi: 2.000 postes ont été créés dans les villes contre la suppression de 1.000 emplois dans le rural.
Un plan de relance économique est mis en place et l’Etat s’engage à mobiliser 120 milliards de DH pour accompagner la relance économique: 75 milliards de DH de crédits garantis par l’Etat au profit des entreprises et 45 milliards seront affectés au Fonds Mohammed VI pour l’investissement. Ce dernier interviendra directement dans le financement de grands chantiers et indirectement à travers le renforcement des capitaux des entreprises.

finance-publique-1-086.jpg
finance-publique-2-086.jpg
finance-publique-3-086.jpg

Le coût social de la pandémie et de la sécheresse est implacable: plus d’un demi million d’emplois sont partis en fumée.  344.000 emplois ont été supprimés dans le monde rural contre 237.000 dans les villes. Ces chiffres englobent l’emploi rémunéré et non rémunéré, lequel est constitué surtout par les aides familiales.

finance-publique-4-086.jpg

K.M.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc