×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Casa-Bus: Le parc provisoire peine à assurer le service

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5837 Le 07/09/2020 | Partager
Des lignes supprimées, d’autres dépassent leur capacité!
Les 400 bus provisoires ne répondent pas aux besoins réels
Nouveau marché attribué pour la gestion et l’optimisation du réseau

C’est le groupement Ineo Systrans-Ineolum qui mettra en place le système d’aide à l’exploitation et à l’information des voyageurs (SAEIV) des bus casablancais. Le groupement vient en effet d’emporter le marché lancé par la SDL Casa-Transports.

casa-bus-037.jpg

Les bus d’occasion importés d’Europe assurent la continuité du service en attendant l’arrivée de la nouvelle flotte de 700 véhicules d’ici la fin de l’année (Ph. L’Economiste)

Ineo Systrans est la filiale d’Engie Solutions qui développe des systèmes de transport intelligents afin de faciliter les déplacements, seconder des conducteurs et améliorer l’exploitation des réseaux de transport. Il s’agit en fait d’un outil permettant à l’exploitant (Alsa) de gérer et optimiser ses réseaux de transport tout en étant informé avec précision de la localisation de ses véhicules en temps réel.

Véritable outil de liaison entre l’exploitant et son réseau, le SAE permet, par le suivi en temps réel des prises de services, de la ponctualité aux arrêts, anticiper des perturbations… superviser et réguler tout réseau de transport public urbain et interurbain afin d’offrir une qualité de service optimale aux usagers.

Toutes les informations traitées par le SAE profitent à l’exploitant pour un suivi global de sa flotte, aux conducteurs pour leurs prises de services et courses, communiquer avec la régulation… et aux voyageurs informés, de façon précise et via divers supports (écran d’information embarqué, borne d’information au sol, appli mobile…), des horaires de passage de leur autobus.

Mais pour le moment, ces services relèvent plus de la science-fiction, vu l’état actuel du transport par bus à Casablanca. En effet, le parc provisoire de 400 bus qui circule aujourd’hui ne suffit pas à couvrir les besoins réels de la population. Plusieurs lignes ont même été annulées, faute d’une flotte suffisante.

C’est le cas à titre d’exemple de la ligne 53 (reliant Sidi Maârouf à Korea dans le quartier Derb Sultan) et la ligne 59 (reliant Sidi Maârouf au centre-ville). Les usagers des lignes supprimées se rabattent sur les taxis blancs ou sur d’autres lignes (comme le 7 qui relie aussi Sidi Maârouf au centre-ville) générant une perturbation du trafic et des retards. Sans oublier le risque de contamination des populations obligées d’emprunter ce moyen de transport bon marché.

Aziza EL AFFAS

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc