×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

Le marché des céréales se porte bien

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5837 Le 07/09/2020 | Partager
Malgré la baisse, l’offre restera abondante en 2020-2021
L’impact de la météo sur la production

Dans son Bulletin sur l’offre et la demande de céréales publié le 3 septembre, la FAO a revu à la baisse ses prévisions concernant la production mondiale pour cette année. Elles ont ainsi diminué de 25 millions de tonnes par rapport aux projections réalisées en juillet. En dépit de ce recul, la production céréalière devrait atteindre un record absolu en s’établissant à 58 millions de tonnes au-dessus de sa valeur de 2019.

Qu’est-ce qui explique la révision à la baisse? Elle est due en partie au recul des prévisions mondiales relatives aux céréales secondaires. Lesquelles s’établissent à 1.496 millions de tonnes, soit une baisse de 23,5 millions de tonnes par rapport aux estimations de juillet.

marche-des-cereales-037.jpg

En dépit du fléchissement des perspectives, la production mondiale de céréales devrait s’établir à 2.765 millions de tonnes, soit 58 millions de tonnes de plus que le résultat de 2019. Il s’agit d’un record historique, font savoir les économistes de la FAO

L’autre facteur est lié à la révision des prévisions concernant la production de maïs aux Etats-Unis (diminution de 26,3 millions de tonnes). Les semis, pourtant toujours en hausse en glissement annuel, y sont moins importants que prévu. Aussi, les dégâts causés par la tempête qui a touché récemment le Midwest ont provoqué des pertes de récoltes et ont altéré les perspectives de rendement.

Globalement, il est toujours prévu que les rendements rebondissent par rapport à leurs faibles niveaux de l’année précédente et la production du pays devrait s’établir à 380 millions de tonnes (soit 10% de plus qu’en 2019). Les conditions météorologiques défavorables ont tiré les perspectives de rendement vers le bas notamment dans l’Union européenne et en Ukraine.

Ces baisses font plus que compenser les révisions à la hausse apportées aux prévisions concernant la production de maïs en Argentine et au Brésil. Ces deux pays attendant des récoltes record. Par rapport aux prévisions concernant la production mondiale d’orge en 2020, elles ont été réduites de 1,2 million de tonnes. Ceci sous l’effet du recul des perspectives de rendement dans l’UE et s’établissent à présent à 154,2 millions de tonnes. En revanche, il est à présent prévu que la production mondiale de sorgho atteigne près de 60 millions de tonnes, soit 6% de plus que l’année précédente. Car les prévisions concernant l’Inde, le Mexique et les Etats-Unis ont été revues à la hausse.

La production mondiale de blé (dont les prévisions ont été abaissées de 1,4 million de tonnes par rapport à juillet) devrait s’établir à 760,1 millions de tonnes cette année. Ceci légèrement en dessous des bons résultats de 2019. Cette récente contraction s’explique en grande partie par les baisses des prévisions concernant la production en Argentine, dans l’Union européenne et aux Etats-Unis (1,3 million de tonnes, 4 millions de tonnes et 1,1 million de tonnes, respectivement). Elles ont plus que contrebalancé les révisions à la hausse au Brésil, au Canada, en Russie et en Ukraine.

F.Z. T.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc