×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1243 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1247 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Comptes extérieurs: Le Covid-19 chamboule tout

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5816 Le 04/08/2020 | Partager
Le déficit du compte courant passerait à 10,3%
Les réserves de changes préservées jusqu'ici
le_deficit_commercial_a_pres_de_15_du_pib.jpg

Les plus fortes hausses des achats ont concerné les biens d’équipement, les parties d’avions, les demi-produits et ceux de consommation. En revanche, la facture énergétique s’est nettement allégée sous l’effet de la baisse des cours du brut et du recul des importations de l’électricité

Le choc du Covid-19 et les tensions sur les sources de rentrée de devises ont un temps fait craindre le pire pour les réserves de changes et par ricochet pour le dirham. Jusqu'ici la situation semble sous contrôle. Le gouvernement a tout de même été obligé de tirer la LPL de 3 milliards de dollars et de déplafonner les emprunts extérieurs pour intervenir rapidement si besoin est. Avant la crise, les Avoirs officiels de réserve (AOR) de Bank Al-Maghrib ont progressé de 8,4% à 253,4 milliards de DH, soit l’équivalent de 6 mois et 8 jours d’importations de biens et services. Un niveau que le pays n’a pas enregistré depuis quatre années: 6 mois et 4 jours en 2016.
Globalement, l'année 2019 s’était soldée par une amélioration du déficit du compte courant passant de 5,3% du PIB à 4,1%. 
En ce qui concerne le compte financier, après une hausse exceptionnelle en 2018, liée à une cession dans le secteur des assurances, les IDE sont passés de 47,4 milliards de DH en 2018 à 33,5 milliards, l’année passée, leur plus bas niveau depuis 2012. En revanche, les entrées nettes de prêts ont affiché une hausse importante, en lien avec l’émission du Trésor sur le marché à l’international pour un montant de 10,6 milliards de DH.Parallèlement, les recettes de voyage ont enregistré un rebond de 7,8%, alors  que les transferts des Marocains résidents à l’étranger (MRE) se sont quasiment stabilisés après un léger repli en 2018.
Pourtant, l’année 2019 a été marquée par une forte décélération du commerce extérieur. Les exportations ayant enregistré une légère hausse de 2,4% contre un bond de 10,7% en 2018. Le recul a concerné l’ensemble des secteurs, en particulier les phosphates et dérivés et l’automobile. De même, la croissance des importations a été limitée à 2% contre 9,9% un an auparavant suite essentiellement au reflux des cours internationaux des matières premières, notamment énergétiques, et au rebond de la production locale d’électricité. Le déficit commercial a accusé ainsi un léger creusement, avec toutefois un recul de son ratio au PIB de 18,6% à 18,2%.
Au total, il s’est établi à 209,2 milliards de DH, avec une légère amélioration du taux de couverture (0,2 point de pourcentage) à 57,4%. Il résulte de la croissance plus importante des importations: 9,8 milliards de DH contre 6,6 milliards pour les exportations. 
Les plus fortes hausses des achats ont concerné les biens d’équipement: 127 milliards de DH, résultant de la progression de 66,4% d’«avions et autres véhicules aériens ou spatiaux». De même, les acquisitions de demi-produits ont augmenté  de 4,7% à 104,5 milliards de DH. Pour leur part, les importations de produits finis de consommation ont affiché une hausse de 4,2% à 113,1 milliards, tirée notamment par celle de 6,7% des achats de «parties et pièces pour voitures et véhicules de tourisme». 
Pour les produits alimentaires, les approvisionnements ont atteint 47,8 milliards de DH, contre 45,8 milliards, résultant essentiellement du renchérissement du blé et de l’accroissement des volumes importés de sucre et d’aliments de bétail.
En revanche, la facture énergétique s’est allégée de 7,2% à 76,3 milliards de DH. Cette évolution résulte de la forte diminution des importations d’électricité qui sont revenues d’une année à l’autre de 2,3 milliards à 149 millions de DH, suite au renforcement des capacités de production nationale. Elle reflète également des replis de 6,6% des achats de «gas-oils et fuel-oils» et de 9,9% de ceux du gaz de pétrole et autres hydrocarbures. C’est surtout l’effet de la baisse des cours internationaux. En parallèle, l’augmentation de la production de la centrale thermique à charbon de Safi s’est traduite par une hausse de 5% à 9,1 milliards de DH des achats des «houilles crues, agglomérées et coke». Ceci malgré la baisse de leur prix à l’import de 8,4%.

La Chine, 3e fournisseur du Maroc 

Entre 2009 et 2019, les échanges entre le Maroc et la Chine se sont inscrits sur un trend haussier passant de 21,8 milliards de DH à 52,6 milliards, soit un taux de croissance annuel moyen de 9,2%. Ils se caractérisent par un déficit structurel en défaveur du Maroc qui a atteint 47,1 milliards de DH en 2019, soit 4,1% du PIB. La Chine devenant ainsi le 3e  fournisseur du pays derrière la France et l’Espagne. L’analyse du contenu des achats en 2019 montre qu’ils sont composés à hauteur de 41% de biens d’équipement industriel, de 37% de produits finis de consommation et de 16% de demi-produits.

A.G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc