×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Parlement: Les deux Chambres «enterrent la hache de guerre»

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5808 Le 21/07/2020 | Partager
Une ligne de conduite pour se remettre au travail ensemble
La création de la chaîne parlementaire refait surface
Un plan pour relancer la diplomatie

Qui aurait cru que Habib El Malki et Hakim Benchamach réactivent la Commission de coordination entre les deux chambres, après une longue hibernation? La nécessité d’une synchronisation du travail des deux Chambres du Parlement leur a imposé une ligne de conduite pour se remettre au travail ensemble. Surtout qu’il s’agit de leur dernière année de mandat, avant les élections de 2021. Pour cette réunion de coordination, c’est Habib El Malki qui s’est déplacé avec son staff chez le président de la Chambre des conseillers. Il s’agit de montrer l’importance du travail en commun et de sa régularité dans l’amélioration du traitement des différents dossiers en relation avec les missions et les attributions constitutionnelles du Parlement. D’autant que le Souverain avait insisté sur la nécessité de coordonner le travail des deux chambres pour améliorer le travail législatif et de contrôle du gouvernement.

parlement-08.jpg

Sur le cahier de charges des deux Chambres, il faut montrer l’importance du travail en commun et de sa régularité dans l’amélioration du traitement des différents dossiers. Et cela, en relation avec les missions et les attributions constitutionnelles du Parlement (Ph L’Economiste)

■ Clôture de la session à la même date pour les deux entités
Ce regain d’intérêt pour la coordination s’explique par le spectacle de désordre que donnaient à voir les deux chambres au cours de ces dernières années. Chacune décidait en solo de la date de la clôture de la session, donnant ainsi une bien négative image de l’institution législative. Cette fois-ci, les deux présidents ont abordé la prochaine clôture de la session du printemps et la réunion commune des Commissions des finances des deux Chambres. L’objectif est de permettre à Mohamed Benchaâboun de présenter l’exécution du budget à fin juin de cette année et les grandes lignes pour la préparation du projet de loi de finances pour 2021. Cette rencontre avec le ministre des Finances devrait intervenir avant le 31 juillet, conformément à l’article 47 de la loi organique des finances.

■ Une chaîne parlementaire pour renforcer la communication
A l’ordre du jour de cette réunion de coordination, la création d’une chaîne parlementaire. Le président de la Chambre des représentants remet sur la table cet ancien projet dont la proposition de loi a été adoptée et transférée à la Chambre des conseillers le 26 juillet de l’année dernière. En effet, l’objectif de cette Commission de coordination est de mettre fin au blocage de ce texte et permettre l’accélération de la mise en œuvre de ce chantier. Surtout après la levée de boucliers des conseillers, ayant rejeté la proposition de loi élaborée par les députés. La réunion de cette Commission a également confirmé l’importance et le rôle de cette télévision dans le renforcement des capacités de communication de l’institution législative avec la population. L’objectif est d’améliorer le niveau d’intérêt et de suivi du travail parlementaire dans ses différentes dimensions. Vu l’importance de ce chantier, la Commission a insisté sur le volet participatif dans l’élaboration du document légal qui organise cette chaîne parlementaire pour s’adapter aux aspirations des deux chambres, note un communiqué commun. C’est dans cet esprit qu’un comité restreint a été constitué. Composé de membres des deux chambres, il est chargé d’accélérer le processus des discussions en vue d’aboutir à un accord sur l’ensemble des dispositions. Le but est de garantir l’adoption du texte organisant cette initiative au cours de l’actuelle session.

■ Pas de spots publicitaires sur la chaîne parlementaire
Dans la pratique, la création de la chaîne parlementaire passe par la mise en place de deux sociétés anonymes, chacune se chargera d’une Chambre. Un conseil d’administration, chapeauté par le président de la Chambre des représentants, sera chargé de la gestion de la société. Le DG qui sera nommé par le bureau de la Chambre, sur proposition du président de la Chambre des représentants pour une durée de trois ans, renouvelable. Même procédure pour la Chambre des conseillers. Le CA, qui dispose de toutes les attributions pour la gestion de la société, fixe la ligne éditoriale, le plan d’action annuel de la société, le budget, la validation des comptes annuels,… Il met également en place une commission de déontologie des programmes comprenant des personnalités indépendantes, … En outre, le texte est formel: interdiction à la chaîne parlementaire de diffuser des spots publicitaires, quelles que soient leurs natures, à l’exception de ceux en lien avec la participation politique dans les élections et les référendums constitutionnels. Cette chaîne sera donc financée par les subventions publiques.

■ Un plan pour relancer la diplomatie parlementaire
Ce volet a une importance capitale dans le soutien des grands dossiers, y compris la question de l’intégrité territoriale et le renforcement du rayonnement marocain sur le plan international. Ainsi, un comité de travail commun a été formé. L’objectif est de préparer une plateforme qui sera exposée devant la Commission de coordination lors de l’ouverture de la prochaine session d’automne. Ce comité est chargé de dresser le bilan de ce qui a été entrepris depuis le début de cette législature, avec les challenges et les perspectives d’avenir. Il s’agit d’élaborer un programme, organisé autour de priorités, ce qui garantit davantage de coopération, de complémentarité et homogénéité entre les deux institutions. Ce travail devra augmenter l’efficacité et la gouvernance de la diplomatie parlementaire.

La SNRT en charge de la diffusion des programmes

Sur la base d’un cahier des charges, la chaîne parlementaire présentera les journaux d’informations, avec une focalisation sur les évènements intéressant les deux chambres, les programmes de débats sur l’actualité politique économique, sociale et environnementale,... Selon les cahiers des charges, la SNRT met à la disposition de chaque chambre les moyens techniques nécessaires pour la diffusion des programmes. Cela se fera selon une convention spéciale qui sera signée par chaque Chambre, le ministère des Relations avec le Parlement, de l’autorité gouvernementale en charge de la Communication et la SNRT.

M.C.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc