×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Habitat: Plus d’un milliard de DH transféré aux opérateurs publics

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5794 Le 01/07/2020 | Partager
Objectif: soutenir les entreprises et protéger l’emploi
Le confinement a accéléré la digitalisation du secteur
L'émergence des centres ruraux

Nouzha Bouchareb n’a visiblement pas perdu son temps durant l’état d’urgence sanitaire. La ministre de l’Habitat et de l’aménagement du territoire a profité de cette période de calme pour mettre de l’ordre dans son département et corriger les dysfonctionnements constatés.

C’est du moins ce qui ressort de son intervention lors des questions orales du lundi dernier devant la Chambre des représentants. L’un des chantiers sur lequel la ministre a progressé est celui de l’accélération de la dématérialisation des procédures, tout en garantissant la continuité du service public.

En effet, les agences urbaines ont digitalisé plus de 85% de leurs services. En tout cas, elle a réussi à transférer plus de 1 milliard de DH au profit des opérateurs publics pour le soutien des entreprises et la protection de l’emploi, dit-elle devant les députés.

En ce qui concerne les programmes d’habitat, supervisés par le groupe Al Omrane, le ministère a préparé un plan pour la reprise des travaux dans les chantiers au niveau des régions. Une démarche effectuée à travers la concentration sur le respect des mesures barrières pour protéger les travailleurs et la mise en place de plans régionaux pour la relance et le suivi des chantiers du groupe.

L’objectif est d’accélérer le rythme en concertation avec les autorités locales et les autres établissements. Nouzha Bouchareb a cité la publication de 200 annonces d’appels d’offres, la simplification des procédures administratives et l’accélération du paiement des prestataires de services.

                                                                    

■ Débloquer des dossiers en suspens

habitat-1-094.jpg

Pour encourager l’investissement, la ministre a trouvé des solutions pour débloquer près de 100 lotissements au niveau national, à travers la publication d’une circulaire commune avec le ministère de l’Intérieur. Elle a également invité les agences urbaines à un «réexamen des dossiers de demandes d’autorisations qui n’ont pas été acceptées auparavant». Aujourd’hui, elles ont revu près de 1.300 projets dont l’enveloppe financière est estimée à 3 milliards de DH. A la clé, la possibilité de créer 8.755 postes d’emploi directs et 15.147 indirects.

                                                                    

■ Nouvelle approche pour le traitement des bidonvilles

habitat-2-094.jpg

Nouzha Bouchareb s’est engagée sur la contractualisation pour le traitement des bidonvilles, selon une nouvelle approche. Ce qui permettra de disposer de solutions efficaces pour dépasser les contraintes que rencontre le programme des «Villes sans bidonvilles», particulièrement celle relative à l’augmentation continue du nombre des familles concernées. Pour la ministre, il s’agit de mettre en place un nouveau modèle de partenariat qui s’inscrit dans le cadre de la rénovation urbaine et la politique de la ville.

                                                                    

■ Vers une hausse du rythme de réalisation des projets: Dans le cadre d’une réactualisation de l’agenda, dans un contexte de pandémie, son département a procédé à la révision et à l’évaluation des différents programmes, y compris celui relatif au traitement de l’habitat insalubre. Le but est d’augmenter le rythme de réalisations de tous les projets visant l’amélioration de la vie de la population des bidonvilles, de l’habitat sous-équipé et le menaçant ruine.

                                                                    

■ Réduire la pression de l’exode rural

habitat-3-094.jpg

Le programme national de développement intégré des Centres ruraux émergents vise à limiter les disparités sociales et spatiales entre les villes et la campagne, souligne Bouchareb. Une carte nationale et régionale a été élaborée pour les identifier et les classer en deux catégories. La première est composée de 325 Centres émergents qui abritent près de 42% de la population rurale. La 2e est constituée de 217 Centres qui accueillent près de 18% de cette population. Le ministère va préparer deux programmes dont l’un porte sur 77 Centres qui auront la priorité. L’autre programme a un caractère d’urgence pour traiter le phénomène de la fragilité en vue d’alléger l’impact de la pandémie. Il s’agit de renforcer les services de base dans 100 Centres. L’idée derrière est de réduire la pression de l’exode rural en fixant les populations rurales en matière de logement et de travail.

                                                                    

Quid des avantages du logement social?

habitat-094.jpg

En concertation avec tous les partenaires, le ministère a préparé un plan d’action pour la sortie progressive du confinement, basée sur trois étapes. Si la première concerne les mesures barrières pour la protection des personnes qui travaillent dans le secteur, la 2e vise la simplification des procédures et la réduction des délais. Quant à la 3e étape, elle porte sur le travail de tous les intervenants pour la mise en place d’une nouvelle vision pour le programme de l’habitat subventionné. En clair, la convention qui accorde beaucoup d’avantages au secteur, particulièrement le logement social, prendra fin en décembre prochain. «Cette crise a été une opportunité pour renouveler la vision et se concentrer sur l’élaboration de propositions visant à renforcer le pouvoir d’achat des acquéreurs sur la base d’une philosophie de l’appui», a souligné Nouzha Bouchareb, qui s’est limitée à dire qu’elle est actuellement en concertation avec les parties concernées, sans donner davantage de détails.

Mohamed CHAOUI

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc