×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Oriental: Ces incendies qui menacent la saison estivale

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5792 Le 29/06/2020 | Partager
Le département des Eaux et Forêts sur le qui-vive
Éviter les scénarios catastrophes de l’été précédent, une priorité
feu-de-forets-092.jpg

La forêt dans la région de l’Oriental est exposée au risque d’incendie en raison des conditions climatiques (températures estivales élevées, vents violents et chauds et une humidité relativement faible). Elle est, de surcroît, exposée au risque d’incendie d’origine criminelle, dont les origines sont souvent mal cernées. Le Département des Eaux et Forêts reste, lui, sur le pied de guerre pour tenter de circonscrire l’étendue des désastres…(Ph Département eaux et forêts)

La vie reprend doucement son cours dans l’Oriental mais avec elle, son lot de mauvaises nouvelles. Un accident à proximité de l’aéroport Oujda-Angad a causé la mort de quatre personnes d’une même famille mercredi alors qu’un incendie a ravagé 2,6 hectares de chêne vert, lentisque et doum à Bouyaacoub commune de Fezouane (province de Berkane). Un feu circonscrit en moins de six heures grâce à la vigilance des forestiers, partenaires locaux et de la nature du couvert forestier à faible inflammabilité.

L’incendie du week-end dernier est le premier de cet été mais l’un des plus alarmants. Il s’est déclenché au bord d’une route aux multiples atouts naturels reliant Tilissane à Ain Sfa via Almou et El Kafe. Une destination montagnarde appelée à connaître un plus grand essor touristique.

«La cause de cet incendie serait d’origine criminelle», comme le souligne Mohammed Tkhissi, président du Collectif des associations de Tilissane. La multiplication des charbonnières illicites de production de bois, les feux de grillade improvisés sont à l’origine de dizaines de feux déclenchés au cours des dix dernières années.

Ce qui nécessite plus de vigilance de la part des différents intervenants: département des eaux et forêts, protection civile, gendarmerie royale et forces armées royales ainsi que les différents intervenants administratifs. Ce dernier incident rappelle le triste record de 67 incendies déclarés au titre de l’année 2019 et qui ont détruit 905 hectares d’arbres et tapis herbacés avec une moyenne de 13,5 ha par incendie. Supérieure à la moyenne régionale (8,37ha par incendie) enregistrée depuis 2005.

Pour sensibiliser à l’importance de la protection de la forêt et lutter contre la propagation des incendies le département des eaux et forêts au niveau de l’Oriental vient de recruter 207 guetteurs d'incendie avec réalisation de postes vigiles implantés par massif forestier. Quatorze véhicules de première intervention sont mis à disposition pour répondre à temps. Ils sont renforcés par 5 avions canadair et 20 avions turbo-thrush en cas de nécessité. S’y ajoutent les engins de la protection civile.

«La mutualisation des efforts et des moyens nécessitent que tous les acteurs impliqués œuvrent d’une manière soutenue et coordonnée à travers l’organisation, au niveau des Wilayas et provinces, des réunions d’orientation et de suivi, avant et après la saison des incendies», confie à L’Economiste Mohamed El Khalloufi Chef de Service du partenariat pour la conservation et le développement des ressources naturelles à la direction régionale des eaux et forêts de l'Oriental. Et d’ajouter «le département des Eaux et Forêts est prêt à intervenir aussi bien en matière de prévention que de détection, alerte et lutte contre les incendies des forêts».

                                                                          

Approfondir les enquêtes, une priorité!

Les enquêtes sur les causes des incendies sont menées par la Gendarmerie royale en se référant aux rapports des chefs de secteurs, autorités locales et témoignage de la population. En cas de soupçon, la personne suspectée sera auditionnée par la gendarmerie royale qui lui réalise le PV d’audition. Toutefois, la plupart des enquêtes restent sans aboutissement malgré les dangers qu’encourent les populations locales, le couvert végétal, la faune et l’essor touristique.

La détermination de la cause et des auteurs des incendies reste le maillon le plus faible dans le processus de management des feux de forêts. Constat qui fait de la sensibilisation aux risques des incendies le moyen le plus efficace pour protéger les forêts contre les actes irréfléchis ou prémédités.

Aussi, au début de chaque saison estivale, des campagnes de sensibilisation aux dangers des incendies sont menées par les éléments de la Gendarmerie royale et les agents des eaux et forêts (distribution des brochures et dépliants, sensibilisation orale au niveau des campements touristiques,…). L’apport des associations civiles et l’implication des riverains est également d’une importance capitale.

De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc