×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Oriental: La betterave à sucre perd de sa superficie

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5786 Le 19/06/2020 | Partager
…mais gagne en termes de rentabilité
- 50% à cause du stress hydrique et de la capacité de stockage
La surélévation du barrage Mohammed V indispensable et urgente

La campagne d’arrachage de la betterave à sucre dans l’Oriental vient de démarrer à Rekkada au niveau du périmètre irrigué de la Moulouya sous la supervision des techniciens spécialisés dans le réglage et le contrôle des engins d’arrachage. Un accompagnement sur mesure pour éviter les pertes collatérales d’un arrachage abusif qui nuirait au sol et aux récoltes.  

bettraves-086.jpg

Les processus de semis, d’arrachage et de lavage obéissent à des règles strictes pour assurer une meilleure production (Ph. A.K)

L’encadrement agricole est réalisé sous forme de cours de champ, pilotés par les cadres de l’ONCA. Il concerne toutes les étapes de production ; depuis le semis jusqu’à l’arrachage tout en incluant l’adaptabilité des semoirs et tracteurs aux différents sols.

Ce suivi a permis de hisser l’Oriental en région pionnière en matière de généralisation des techniques modernes: le semis mécanique, généralisation du monogerme, la mécanisation intégrale et l’arrachage mécanique. Des protocoles indispensables pour améliorer la production et contrôler les intrants.

«Toutes ces démarches prédisent une bonne production en termes de rentabilité et de douceur pour cette année même si les superficies ont été réduites» confie à L’Economiste Samir Touati, conseiller agricole à l’Onca. 

Toutefois, malgré toutes les actions entreprises le manque de précipitation, entre septembre et décembre 2019 et la réserve critique en eau du barrage Mohammed V, a obligé la Direction régionale de l’agriculture au niveau de l’Oriental à réduire la superficie réservée à cette culture. Au lieu des 7.378 ha exploités en 2018-2019, elle s’est contentée de 3.800 ha. Quant aux prévisions de production, elles tablent sur 190.000 tonnes avec un rendement estimé de 50 tonnes/ha.

Pour éviter la totale dépendance des apports pluviométriques saisonniers, la surélévation du barrage Mohammed V s’avère indispensable et urgente. Cela compensera la faible capacité de stockage actuelle (250 millions m3) et assurera une irrigation régulière grâce à une capacité de stockage de 950 millions m3.

En aval, cette surélévation est indispensable pour assister le programme d’amélioration des récoltes initié par l’Ormvam et la raffinerie de Zaio. Une approche en quatre axes: validation préalable des contrats de semis, programmation des irrigations selon le zoning des semis, sensibilisation pour le semis précoce afin d’atteindre un taux de 80% de la superficie programmée et contrôle continu de la qualité des intrants agricoles.

De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc