×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Composants automobiles: Leoni Maroc garde son plan de route

Par Abashi SHAMAMBA | Edition N°:5776 Le 05/06/2020 | Partager
L’équipementier a repris l’activité depuis le 27 avril
Pour l’instant, aucun changement au plan 2019-2024
3,8 milliards de DH, 16.000 employés, 10 sites industriels

Avec 15.469 employés, dix sites de production et un chiffre d’affaires de 3,8 milliards de DH (2019), Leoni Maroc est l’un des plus importants équipementiers automobiles du Royaume. Filiale d’un groupe allemand, l’entreprise fabrique du câblage pour les majors de l’automobile: Nissan, Renault-Dacia, PSA-Opel, Volvo Cars et Trucks, CFA. Elle fournit par ailleurs quelques géants mondiaux du secteur dont Forestia, Johnson Control, Jtekt, etc.

composants-automobiles-leoni-076.jpg

Les dix sites industriels de l’entreprise ont repris l’activité en douceur et de manière échelonnée avec 25% des effectifs (Ph. Leoni)

Comme pour la plupart des entreprises, le Covid-19 a été une épreuve pour cet industriel. Dès le 17 mars, ses unités ont toutes été arrêtées. Résultat, le chiffre d’affaires du mois de mars a fondu de moitié et celui d’avril de quasiment 100%, révèle le directeur général de Leoni Maroc, Fakhri Bouguerra. Au-delà, ce qui coûte le plus, c’est la perte considérable de notre capacité opérationnelle due à l’utilisation d’une partie réduite de nos investissements pendant cette période de reprise, complète le DG.

Malgré tout, la société a payé entièrement et par anticipation, les salaires du mois de mars «afin d’aider les collaborateurs à faire face à la crise», assure le management. Compte tenu du choc  induit par le coronavirus, la société a souscrit dès le mois d’avril au dispositif de l’indemnité forfaitaire (2.000 DH par salarié) mis en place par la CNSS afin d’accompagner les secteurs impactés par les conséquences du «Covid-19». En parallèle, la direction a versé des compléments de rémunération sous forme d’indemnités d’assistance familiale, d’avances exceptionnelles ou de compensations de congés.

Depuis le 27 avril dernier, l’entreprise a repris l’activité en douceur et de manière échelonnée avec 25% des effectifs. Ce redémarrage a été assorti d’un dispositif sanitaire strict et exhaustif (voir encadré), validé par les autorités, insiste la direction. Au-delà des impératifs économiques, le choix de ce mode dégradé vise aussi à mieux maîtriser le dispositif de prévention sanitaire avant une éventuelle montée en cadence.

composants-automobiles-leoni-2-076.jpg

La crise du Covid-19 aura de gros dégâts sur l’automobile mondiale. Plusieurs constructeurs dont Renault (un des gros clients de Leoni) ont déjà annoncé des plans de réduction des capacités. La crise induite par le Covid-19 est une menace pour tout l’écosystème, notamment les équipementiers.  Mais dans l’immédiat, cela ne change rien sur la voilure de Leoni au Maroc.

«Nous vivons déjà une baisse d’activité et un recul des commandes, mais il est trop tôt de se prononcer sur un projet de restructuration eu égard au manque de visibilité sur la réaction du marché automobile après le confinement», assure le directeur général. Pour le moment, nous pilotons de près notre compétitivité au Maroc que nous devons maintenir même dans des conditions économiques très sévères, une compétitivité formulée surtout dans le contrôle des coûts de production et la qualité des produits et des services.

Malgré une météo qui s’annonce plutôt perturbée pour l’industrie automobile mondiale, Leoni Maroc n’a pas (pour l’instant) revu ses perspectives d’évolution sur les cinq prochaines années. L’équipementier prévoit de porter ses effectifs à 25.000 employés en 2024 contre 16.000 actuellement.

                                                                                                

Un dispositif sanitaire très sévère dans les usines

En amont de la reprise de l’activité, l’entreprise a déployé un gros dispositif sanitaire de prévention. Parmi ces mesures, on citera:
■ Réduction de la durée de travail, et dans certains cas, report du démarrage des équipes de nuit, condamnation des locaux communs en l’occurrence les cantines, réfectoires, les salles de prière et vestiaires
■ Mise en place d’un contrôle d’accès qui repose sur la distance, non chevauchement entre les équipes d’entrée et de sortie, et suivi d’un comité de sécurité tout au long du circuit jusqu’à prise du poste du travail,  
■ Dotation quotidienne à  l’ensemble du personnel de masques, d’une casaque jetable et d’une visière de protection. Les visières sont produites par la société elle-même.
■ Distanciation physique de 1,5 mètre, désinfection des véhicules, des postes de travail, des bureaux, des documents, etc.
■ Fabrication et installation des lavabos mobiles dans les lignes de production pour inciter les employés à se laver les mains toutes les deux heures,
■ Présence renforcée d’un corps médical dont les médecins du travail et augmentation du nombre d’infirmiers

A.S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc