×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

De bonnes sources

De bonnes sources

Par L'Economiste | Edition N°:5764 Le 19/05/2020 | Partager

• Assurance  auto: Les règles  de jeu pour le rabais...
Compte tenu de la baisse de la sinistralité durant le confinement, les compagnies d’assurances vont restituer 500 millions de DH aux assurés sous forme de rabais sur la prime auto lors du renouvellement des contrats à partir du 1er juin prochain. Sont éligibles, les automobilistes disposant d’un contrat  d’au moins trois mois couvrant la période de confinement (20 mars au 20 mai). Pour bénéficier de la ristourne, ils doivent renouveler leur contrat auprès de la même compagnie pour une durée minimale de trois mois. Le renouvellement avec une attestation provisoire ne donne pas droit au rabais. L’assuré en bénéficiera au moment de l’établissement de l’attestation définitive. La réduction est applicable sur les garanties responsabilité civile, personnes transportées en automobile (PTA), dommages liés au véhicule et assistance.
F.Fa

• ... Les modalités d’application
 Les assurés remplissant ces critères et ayant souscrit un contrat annuel bénéficieront d’une ristourne de 30% sur la  prime de la période allant du 20 mars au 20 mai. Cela représente une économie de 5% sur la prime annuelle. Pour les contrats semestriels et trimestriels, elle sera de 6,7% sur la base d’une réduction de 20% des primes sur les deux mois de confinement pour les contrats semestriels et 10% pour les contrats trimestriels.  
F.Fa

• CFG Bank: Un déficit budgétaire à 7,5% du PIB si...
A fin avril, le fonds de gestion de la pandémie a atteint une taille de 32 milliards de DH dont 10 milliards de DH de ressources budgétaires. Pour l’heure, les dépenses s’élèvent à 6,7 milliards de DH selon la TGR. En vue du redémarrage de l’économie, le gouvernement pourrait être amené à accroître sa participation dans le fonds pour la mise en place des plans de relance et pour stimuler la croissance, estime CFG Bank dans une nouvelle note. Pour les analystes de la banque, le déficit budgétaire pourrait en conséquence atteindre 81 milliards de DH, soit 7,5% du PIB. Ce niveau de déficit serait soutenu par un investissement public s’élevant à 70 milliards de DH, des recettes de 12 milliards de DH issus des nouveaux mécanismes de financement et 3 milliards de DH de recettes de privatisation. En outre, la banque s’appuie sur le maintien de la contribution du budget au Fonds de gestion de la pandémie aux 10 milliards de DH initialement. Pour financer le déficit, le gouvernement devrait principalement recourir au marché domestique avec une levée de 137 milliards de DH contre 79 milliards prévus par la loi de finances. Malgré le déplafonnement, les emprunts extérieurs se limiteraient à 11 milliards de DH, selon les anticipations de CFG bank.
F.Fa

• Un rempart contre la hausse des taux d’intérêt?
Les incertitudes autour de l’économie pourraient amener les investisseurs à arbitrer en faveur des actifs sûrs, comme les Bons du Trésor et en conséquence limiter le risque de remontée des taux. Cependant, si l’activité du Trésor devait entraîner une hausse des taux, la Banque centrale pourrait déployer de nouvelles mesures pour la contenir. L’assouplissement quantitatif et les opérations d’open market sont parmi les options note CFG Bank. «Ces opérations consisteraient en des rachats massifs par la Banque Centrale des titres de dettes aux acteurs financiers sur les marchés secondaires notamment les bons du trésor ou les obligations d’entreprise, et dans certaines circonstances des titres adossés à des actifs comme des titres hypothécaires, permettant ainsi aux investisseurs institutionnels d’augmenter leurs souscriptions dans le marché primaire. Toute hausse des taux obligataires sous l’effet des levées du Trésor annihilerait les plans qui consisteraient à soutenir la demande post-crise. Les taux d’intérêt des Bons du Trésor servent de référence au calcul des taux débiteurs.
F.Fa

• Google en ligne de mire
Ce n’est pas encore sûr mais l’État fédéral américain ainsi que d’autres Etats déposeraient une plainte contre Google pour «comportements nuisant à la concurrence». Ce qui est sûr c’est l’élaboration en cours d’un cahier d’enquête. Deux axes y sont pris en compte: la publicité et la manière de gérer le moteur de recherche. L’année dernière, la filiale AdSense de Google a été condamnée en Europe  à 1,5 milliard de dollars pour abus de position dominante sur la publicité. Le système Android a écopé d’une amende de 4,4 milliards de dollars, et Google shopping de 2,7 milliards. Des négociations sont en cours avec les éditeurs européens pour résoudre le problème du pillage des articles de presse. L’UE a adopté il y a deux ans une recommandation sur les «droits voisins» qui s’applique à ces cas de vol. Ces questions «font l’objet d’attention» dit-on de source informée au Maroc.
N.S.

• Dispositif de santé: Le Parlement se penche sur le bilan d’étape
La Commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants tiendra, demain mercredi, une réunion pour se pencher sur le bilan d’étape du dispositif de santé, mis en place pour lutter contre le Covid-19. Cette réunion, tenue à la demande des groupes de l’Istiqlal, du PPS et du PJD, devra se focaliser notamment sur certains aspects comme la prise en charge dans les centres hospitaliers et la pertinence des protocoles de traitement adoptés.
M.A.M.

• Les notaires débloquent leur contribution au fonds anti covid
Le Conseil national de l’Ordre des notaires du Maroc (CNONM) a contribué à hauteur de 4,8 millions de DH au  Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie de Covid-19. Cette enveloppe comprend, en plus de la contribution du Conseil national de l’Ordre des notaires, la contribution personnelle des notaires. Elle a été débloquée récemment, selon le Conseil.
 E.M.G.

• Air Arabia coupe dans les salaires
Les effets de la crise sanitaire n’épargnent aucune compagnie aérienne. Après RAM qui perd 50 millions de DH par jour, c’est au tour d’Air Arabia Maroc d’annoncer à son personnel des retenues sur salaires. La compagnie vient d’informer ses collaborateurs que les revenus seront revus à la baisse à partir de ce mois de mai et ce, jusqu’à juillet prochain. Ainsi, la majorité des salariés percevront 50% de leurs revenus et seront déclarés en chômage partiel pour recevoir l’indemnité de la CNSS.
A.R.

• Facop va fabriquer des visières
Facop transforme son site production durant cette pandémie du covid-19. Le spécialiste de la peinture industrielle et des revêtements au Maroc depuis 1997, va convertir son appareil de production sur l’ensemble de sa chaîne de valeur, ainsi que son circuit de distribution dans la fabrication de visières sous la marque Protecmax afin d’aider les Marocains à se protéger efficacement pour réduire les risques de propagation du Covid-19.
M.A.B.

• Université: Les examens entre juillet et septembre
Lors de son passage devant la Chambre des représentants ce lundi, le ministre de l’Education nationale, Saaïd Amzazi, a enfin livré la date des examens universitaires. Les établissements à accès régulé, ainsi que certaines filières sélectives (licences professionnelles et masters), organiseront donc leurs épreuves à partir de la mi-juillet. Pour leur part, les établissements à accès ouvert tiendront leurs examens en septembre. Les mémoires de fin d’études et thèses pourront être soutenus à distance.
A.Na

• Etudiants à l’étranger: Des examens à partir du Maroc
Pour les examens des étudiants marocains inscrits dans des établissements à l’étranger et confinés au Maroc, le ministère de l’Education nationale prévoit de coordonner, en partenariat avec les Affaires étrangères, avec les ambassades de certains pays. Ces étudiants pourraient ainsi passer leurs épreuves à partir du Maroc. La liste des pays n’a pas encore été annoncée.
A.Na
• Mission française: Les parents pour une «facture négociée»
Le Groupement des associations des parents d’élèves des établissements d’enseignement français au Maroc (APEK, API, CAPE, PEEP) se dit contre le maintien des frais de scolarité du troisième trimestre inchangés. Selon le groupement, les parents sont pour une facture «négociée» tenant compte du surcoût supporté par les familles. Ils demandent, également, une révision du contrat financier, précisant les obligations des parties ainsi que les modalités du e-learning.
Les parents revendiquent aussi le gel des augmentations des frais sur les trois prochaines années, un moratoire sur les travaux non engagés en donnant la priorité au numérique, et enfin, une homogénéisation et une mise à niveau de l’enseignement à distance.
 A.Na

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc