×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Levée de l'état d'urgence sanitaire: Les explications de Ait Taleb

Par L'Economiste | Edition N°:5756 Le 07/05/2020 | Partager
etat-durgence-sanitaire-056.jpg

■ Patience et solidarité
Avec de la volonté, de la persévérance  et beaucoup de patience, nous nous en sortirons, que ce soit sur le volet économique ou sanitaire. L’espoir redonne la vie à tout. Il faut s’armer de courage et travailler main dans la main, sur des bases correctes et solides. Nous pourrons ainsi nous reconstruire sur des bases saines et claires, dans la continuité des  efforts entrepris par tous gouvernement et les citoyens depuis le début de la pandémie.
Notre Roi nous a encore une fois ouvert ses bras, il nous suffit de le suivre et de ramer dans le même sens.
F.B.

■ La bonne voie
En cas de déconfinement, seuls les travailleurs seront autorisés à circuler. Les retraités et sans emploi devraient rester à la maison en attendant la fin de cette épidémie. Ça évitera des risques inutiles pour tout le monde.
R.G.

■ Tous malades
Pour surmonter cette pandémie, tout le monde doit se comporter comme s'il était lui-même malade, même s'il ne l’est pas. En portant toujours son masque, en prenant toutes les précautions d’hygiène et en adoptant les gestes barrières. Mais aussi en s’alimentant sainement, sans produits alimentaires manufacturés qui contiennent des conservateurs pouvant être nocifs à notre santé.
M.F.

■ Théorie des 20 jours
A mon avis, lorsqu’il n'y aura plus d'infection dans une région pendant plus de 20 jours, les autorités pourront y lever l’état d’urgence sanitaire.
H .A.

                                                                                  

Relance de l'immobilier: Voici ce que propose l'Istiqlal

■ Mécanismes de relance
Le secteur immobilier dispose d’une offre suffisante, il doit donc être relancé au niveau de la demande. Pour cela, il faut que les pouvoirs publics encouragent la demande en facilitant l’accès à la propriété. Pour se faire les mécanismes efficaces sont: une exonération des droits d’enregistrements et de taxe foncière, une subvention des crédits  pour les particuliers et une exonération de la TVA sur logement principal.

H.O.

                                                                                  

CNSS: La nouvelle version du portail
covid19.cnss.ma ouverte

■ Une nouvelle source de litige
«Les entreprises ayant accusé une baisse nette du chiffre d’affaires (CA) d’au moins 50% au titre des mois d’avril, mai et juin 2020 par rapport aux mois correspondant de l’exercice 2019». Encore une condition qui pourrait être source de discorde. Si l'entreprise n'est à l’arrêt que pendant les mois d'avril et mai et qu'elle reprend le travail le mois de juin, d’après la condition citée plus haut, cette entreprise risque de ne pas être éligible aux mesures d’accompagnement prévues. Le «ET» entre le mois de mai et juin la disqualifie puisque la majorité des entreprises reprendront le travail après le 20 mai. Elles seront donc obligées de restituer l'argent distribué à leurs salariés par la CNSS et en conséquent au lieu d'aider ces entreprises la CNSS les aurait enfoncés jusqu'au cou!

M.H.

                                                                                  

L'UE appuie l'enseignement et la formation à distance

■ Public Vs Privé
Le Covid-19 est une vraie aubaine pour l’enseignement public qui semble bien saisir cette occasion pour briller par son adaptation au contexte. Et cela, à travers le développement de contenus éducatifs à distance, même si la population cible n'est pas entièrement équipée. Pourvu que cette démarche dure, et qu’elle soit ajustée afin qu’elle bénéficie à tous.
En parallèle, nous constatons que certaines écoles privées, qui ne baissent pas leurs tarifs et ne rallongent pas les délais de paiement, sont en train de patauger en mettant en ligne des contenus ridicules, décevants, et qui au meilleur des cas sont inspirés de YouTube. Je lance un appel au ministre de l’Education pour que le privé puisse jouir de sa tutelle afin de préserver également les droits de ceux qui sont en train de subir les effets de l’esprit mercantiliste qui anime certains patrons d’écoles.

C.K.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc