×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Echanges extérieurs: Tout baisse sauf l’alimentaire

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5754 Le 05/05/2020 | Partager
Hausse de 13,6% de la facture à l’import
Biens d’équipement et intrants en chute libre
L’investissement quasiment au point mort

Un mois de mars catastrophique pour les échanges extérieurs. Les données de l’Office des changes pour le 1er trimestre permettent d’en saisir l’étendue. A l’export, la chute des ventes des marchandises s’élève à 10,6% par rapport à la même période de 2019. Et, elle concerne la totalité des secteurs exportateurs sans exception.

Alors qu’à l’import, le recul de 5,1% porte essentiellement sur les achats de biens d’équipement, (-3.866 millions de DH), de demi produits (-1.283 millions) et de produits bruts (-1.102 millions de DH). Autant dire que l’investissement est quasiment au point mort.

En revanche, les achats de produits alimentaires restent toujours orientés à la hausse. Mauvaise récolte céréalière oblige, la facture au titre des importations des blés, orge et maïs s’est alourdie de 13,6% sur le 1er trimestre.

mre-054.jpg
Sur le 1er trimestre, les envois de fonds effectués par les MRE accusent une baisse de 4,7%. Ils ont atteint 14.532 millions de DH à fin mars 2020 contre 15.257 millions à la même période de 2019. La tendance devrait s’accentuer sur les prochains mois avec la récession qui touche la plupart des pays d’accueil

Pour ce qui est des produits énergétiques, la baisse de la facture s’explique surtout par la chute du prix du baril. Elle s’établit à 17.514 millions de DH à fin mars 2020 contre 18.398 millions à la même période de  fin 2019, soit une baisse de 884 millions de DH.

L’explication tient, pour l’essentiel, à l’effet prix. Car les volumes sont restés quasiment stables d’une période à l’autre: 1,68 million de tonnes contre 1,66 million. Alors que la valeur de tonne importée s’est contractée d’environ 12% passant de  5.557 DH à fin mars 2019 à 4.896 DH sur les 3 premiers mois.

En revanche, l’import de produits alimentaires s’est renchéri de 1,74 milliard de DH, passant de 12,80 milliards de DH à 14,55 milliards. La hausse s’explique principalement par l’augmentation des achats d’orge et du maïs. Au total, les acquisitions de ces intrants utilisés dans l’alimentation du bétail ont coûté une dépense additionnelle de près de 1 milliard de DH par rapport à la même période de 2019.

De leur côté, les exportations des biens ont plongé de 10,6% à fin mars 2020. La chute a touché l’ensemble des secteurs à des degrés plus ou moins prononcés. (Voir repères ci-contre). 

La baisse des exportations du secteur automobile résulte du recul des ventes à la fois de la construction (-36,3%) et du câblage (-27%). Ces plongeons ayant été enregistrés, pour l’essentiel sur le seul mois de mars durant lequel les usines d’assemblage étaient à l’arrêt.

Le manque à gagner pour le secteur de construction automobile s’élève ainsi à 6 milliards de DH sur le premier trimestre et pour celui du câblage, il dépasse les 2 milliards. Dans le sillage, les ventes de l’intérieur véhicules et sièges ont reculé de 13,2%. La part de l’industrie automobile dans le total des exportations s’élève à 22,6% au lieu de 27% un an auparavant.

De même le secteur de l’aéronautique n’a pas été épargné. Il a subi de plein fouet le recul de ses écosystèmes. En particulier, la construction et l’assemblage  des avions.

Par contre, l’export de produits agricoles et agroindustriels a accusé une légère baisse de 2,5%. Elle provient principalement du repli des ventes de produits frais (agrumes et primeurs): moins 289 millions de DH, et de la  contraction des expéditions de l’industrie alimentaire. En revanche, la part de ce secteur dans le total des exportations gagne 2,5 points passant de 26,7 % à fin mars 2019 à 29,2%  à fin mars 2020.

Les secteurs impactés par la pandémie
(Chiffres en millions de DH)

  • Automobile : 15.418 contre 20.641  -25,3%  
  • Aéronautique : 3.409 contre 4.218 -19,2%  
  • Textile et Cuir : 8.739 contre 9.396 -7%  
  • Phosphates et dérivés : 11.017 contre 11.585 -4,9%
  • Agriculture et agro-alimentaire : 19.900 contre 20.413 -2,5%
  • Autres extractions minières : 787 contre 1.072 -26,6%
  • Industrie pharmaceutique : 272 contre 325 -16,3%

Source : Office de changes  

                                                                        

Balance des services: Perte de 6 points 

Bien qu’excédentaire, la balance des services est orientée à la baisse. Son excèdent s’est contracté de 6% sur le 1er trimestre à 19,33 milliards de DH contre 20,573 milliards, un an auparavant. Le recul s’explique, pour l’essentiel, par la baisse des recettes du transport.

Par contre les services à l’import restent stables. En ce qui concerne les recettes voyages, elles atteignent 16,85 milliards de DH  contre 16,47 milliards, une année auparavant, soit une légère hausse de 2,3%.

Ceci, sous l’effet du repli des dépenses mais aussi à cause des milliers de touristes et hommes d’affaires, restés bloqués au pays suite à l’état d’urgence sanitaire. Du coup, l’excédent de la balance voyages affiche une hausse de 4,4%.

A.G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc