×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

L’OCP développe un gel 100% marocain

Par Amin RBOUB | Edition N°:5737 Le 09/04/2020 | Partager
Baptisé «Jorf», ce produit désinfectant est conforme aux normes de l’OMS
Tous les tests et essais auront été concluants
ocp-gel-037.jpg

Une première! Le groupe OCP développe et pro­duit un gel hydroalcoolique 100% marocain. Tous les tests et contrôles effectués ont été concluants pour ce gel désinfectant baptisé «Jorf» (Ph. OCP)

Les périodes de crise sont gé­néralement inspirantes et porteuses d’opportunités, voire d’espérances. De nombreuses entreprises se réinventent, développent de nouvelles solutions et repensent leur mode opératoire pour un lendemain meilleur. C’est dans cet esprit citoyen, et en pleine crise Covid-19, que le groupe OCP a déve­loppé un gel hydroalcoolique 100% marocain, baptisé «Jorf», à l’instar du site industriel éponyme d’El Jadida.

En effet, dans le cadre des mesures sanitaires préventives adoptées par le 1er groupe employeur au Maroc contre le Covid-19, les équipes de Jorf Lasfar ont développé un gel hydroalcoolique destiné à l’usage interne des collabora­teurs. «Il s’agit d’un produit désinfec­tant pour les mains. Son utilisation est recommandée par l’OMS dans le cadre des mesures d’hygiène et de préven­tion contre le Covid-19», confirme le groupe OCP à L’Economiste.

Même la composition de ce gel made by la team OCP est exigée par l’OMS et le ministère de la Santé publique. Pour ce qui est des usages de ce type de pro­duit, ils sont destinés pour le moment à l’ensemble des collaborateurs et sous-traitants encore en activité, précise-t-on auprès du groupe phosphatier. «Le produit peut être utilisé pour la désin­fection des mains, mais aussi des outils et équipements de travail ou encore les claviers d’ordinateurs, les téléphones, les machines…», poursuit l’équipe qui a développé le gel «Jorf».

Pour la petite histoire, l’idée de produire et développer ce type de désinfectant, dont la formulation est conforme aux normes et recomman­dations de l’OMS, a été proposée par l’un des collaborateurs du site OCP. La curiosité et l’esprit d’initiative de ce collaborateur l’ont poussé à exa­miner de près la formulation, voire la composition chimique du produit sur un document de l’Organisation mon­diale de la santé (OMS). Depuis, ce même collaborateur a constitué une équipe composée de ressources plu­ridisciplinaires: des médecins de tra­vail, un des ingénieurs et une équipe process ou encore des chercheurs de l’Université Polytechnique Moham­med VI.

D’ailleurs les essais et tests concluants ont été effectués au sein du laboratoire de l’Université Moham­med VI (UM6P), situé sur le même site de Jorf Lasfar, à El Jadida. Pour faire valider le produit, l’équipe OCP en a soumis un échantillon à la Délé­gation de la santé publique.

A partir de là, et suite à des analyses rigoureuses, l’approbation a été accordée et l’auto­risation de la production délivrée par les autorités compétentes. Côté coûts et budget consacré à la production de ce gel, le groupe OCP précise que «le prototype de l’unité pilote a été réa­lisé en interne. Du coup, le budget se limite uniquement à l’achat des ma­tières premières». Il va sans dire, le gel «Jorf» a été conçu à des fins non commerciales.

Pour l’heure, il est des­tiné à des usages internes au sein des sites et unités de production de l’OCP. Mais compte tenu du contexte actuel (crise sanitaire), «une augmentation de la production peut être envisagée en fonction de la disponibilité de la matière première». Mieux encore, une partie de la production sera réser­vée au ministère de la Santé publique pour les besoins des hôpitaux régio­naux», confirme une source autorisée au groupe OCP.

Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc