×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Coronavirus - Les villes déploient leurs dispositifs

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5720 Le 17/03/2020 | Partager
A Casablanca, désinfection des administrations, arrondissements, lieux publics…
Les transports publics (trams et bus) aussi
Les passagers limités à 40 dans les bus et 3 dans les grands taxis
desinfection-casa-1-020.jpg

La gare routière Ouled Ziane a été désinfectée ainsi que plusieurs bâtiments administratifs (wilaya, communes, arrondissements, tribunaux, commissariats…) (Ph. Casa Baia)

La mobilisation anti-coronavirus a commencé dès le week-end dernier  à Casablanca. La commune, les SDL (Casa Baia et Casa-Transports), les délégataires de la propreté… ont déjà lancé les opérations de désinfections sur le terrain. Tramways, bus, stations, gares routières, administrations publiques ont fait l’objet des premières interventions.

Des opérations de désinfection des lieux publics ont été menées par les équipes de la division spécialisée dans les actions de salubrité et d’hygiène (DASH). Une cinquantaine d’agents spécialisés dans les 3D (désinfection, désinsectisation et dératisation) ont ciblé notamment la gare routière de Ouled Ziane, les bâtiments administratifs (wilaya, communes, arrondissements, tribunaux, commissariats…).

«Nous commençons avec les administrations cette semaine en attendant plus de renfort pour désinfecter les lieux publics, les mosquées…», explique Mohamed Karim Boudhir, chef de la division DASH. Les agents 3D cibleront aussi le transport mortuaire, les conservations foncières, les services de légalisation dans les arrondissements…

Les produits utilisés pour la désinfection, à base de détergents d’ammonium (alkyle diméthyl benzyle ammonium), ne sont pas nocifs pour la santé, selon le chef de la DASH. «Ces opérations sont prévues pour les 3 semaines à venir de manière renforcée», annonce  pour sa part Jihane Abdelhafid, directrice Communication chez Casa Baia.

desinfection-casa-1-020.jpg

La fréquence des lavages des rues et boulevards a été augmentée par les deux délégataires de la propreté à Casablanca (Derichebourg et Averda) en ajoutant des produits désinfectants (Ph. Casa Baia)

Les délégataires de la propreté (Derichebourg et Averda) contribuent aussi aux efforts en désinfectant les lieux publics qui enregistrent des passages importants (comme les marchés municipaux…). La fréquence des lavages des rues et boulevards a été également augmentée en ajoutant des produits désinfectants.

Outre les opérations menées par la DASH et les délégataires de la propreté,  d’autres services sensibles, comme les transports publics, font aussi régulièrement l’objet de désinfection. Voici une idée sur les opérations menées actuellement sur le territoire de Casablanca.

■ Tramway: Stations désinfectées toutes les 10 mn
Au niveau de Casa-Transports, une cellule de crise assure le suivi régulier de la situation dans les transports publics (trams et bus). «En collaboration avec RATP Dev Casa, nous avons mis en place plusieurs actions pour sensibiliser les personnes en interne comme en externe et éviter la propagation du virus», affirme Shada Taïb, directrice Communication de Casa-Transports. Les équipements en stations (valideurs, tourniquets et distributeurs de tickets sont désinfectés régulièrement par une équipe de 16 personnes qui opèrent dans un périmètre déterminé. «Chaque nuit, toutes les rames son désinfectées et en journée elles sont désinfectées à chaque terminus, soit toutes les 80 mn», souligne Shada Taïb.

desinfection-casa-2-020.jpg

Sur les 2 lignes de tramway à Casablanca, un protocole de nettoyage des poignées de porte, des surfaces de caisse, des surfaces des agences, des rampes d'escaliers est exécuté au moins 3 fois par jour (Ph. RATP Dev)

● Bus: 40 personnes à bord au maximum
Les bus font aussi l’objet de mesures  strictes notamment  avec la sensibilisation du personnel et la distribution de gel antiseptique. La société Alsa, qui opère dans les villes de Marrakech, Agadir, Tanger, Khouribga, Rabat, Salé, Temara et Casablanca, a instauré un changement de fonctionnement dès ce lundi 16 mars. Un protocole de nettoyage des poignées de porte, des surfaces de caisse, des surfaces des agences, des rampes d'escaliers est appliqué au moins trois fois par jour. Pour les autobus, à chaque fin d’itinéraire, un comité d'hygiène et de sécurité est mis en place et des bouteilles d’antiseptique placées dans tous les bus. Le délégataire a également décidé de réduire le nombre de passagers par bus en exercice à 40 personnes.
A signaler que le ministère de l’Intérieur a également limité les places dans les grands taxis qui ne doivent pas dépasser 3 passagers au maximum.

Restaurants et cafés: Les traiteurs touchés de plein fouet

La décision de fermer des cafés et restaurants est lourde de conséquences pour la profession. Et les premiers touchés sont les traiteurs, dont beaucoup se sont engagés financièrement pour de grands évènements, annulés à la dernière minute (comme le Siam, Marocotel…). Sans oublier l’interdiction des fêtes de mariage et des évènements de plus de 50 personnes. D’ailleurs, ces derniers ont commencé à ressentir les effets de la crise bien avant tout le monde, confirme Mohamed Abdelfadl, vice-président de  l'Association nationale des patrons des cafés et des restaurants au Maroc (ANPCRM). Ce dernier est le coordinateur d’une cellule de crise, formée de 3 commissions, a été formée au niveau de l’ANPCRM. Chacune des commissions prend en charge un volet (communication, analyse/écoute et relations publiques). Cette commission se charge aussi de coordonner avec les autres fédérations ou associations de traiteurs, boulangeries-pâtisseries… «Les répercussions sociales d’une telle mesure sont lourdes», explique Abdelfadl, notamment pour les serveurs, techniciens de surface… Mais ce ne sont pas les seuls. Les factures risquent aussi de s’accumuler pour les patrons (loyers, facture eau/électricité, impôts, CNSS…).

Aziza EL AFFAS

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc