×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    M-Paiement: Cash Plus dans les starting-blocks

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5706 Le 26/02/2020 | Partager
    Démarrage des activités au cours du 1er semestre
    Comment la société étoffe son portefeuille

    2020 s’annonce très ambitieuse pour Cash Plus, avec une hausse significative du volume d’activités. «Nous allons mettre en œuvre, au cours de ce premier semestre, l’agrément obtenu sur les établissements de paiement», annonce Hazim Sebbata, DG de Cash Plus.

    Pour rappel, la création du nouveau statut d’établissement de paiement promet de bonifier les chiffres de l’inclusion financière au Maroc et de marquer un progrès significatif dans la réduction des transactions en cash.

    Plus d’une quinzaine d’établissements ont obtenu le précieux sésame de Bank Al-Maghrib. Pour le déploiement de ses services, Cash Plus compte s’appuyer sur trois partenaires spécialisés en monétique: S2M, Mastercard et la société OGS (Operations Global Services), une filiale de référence du groupe BMCE Bank of Africa spécialisée dans les prestations de services de traitements bancaires.

    Techniquement, Cash Plus s’estime prête pour offrir la possibilité aux clients d’ouvrir des comptes et faire des transferts de compte à compte, réaliser des paiements. Pour se démarquer de la concurrence, l’établissement peut compter sur une capillarité de plus de 2.500 points de vente repartis sur l’ensemble du territoire marocain.

    Le démarrage de ce business vient compléter une panoplie de services financiers et para-financiers comprenant le transfert d’argent, le paiement de factures et autres impôts. Dans le monde du transport, Cash Plus commercialise de la billetterie pour le compte de son partenaire CTM ou encore pour une startup dénommée MarKoub, une plateforme qui permet de réserver et acheter des tickets d’autocar en ligne.

    MarKoub.ma est partenaire et vendeur exclusif de plusieurs transporteurs sur Internet. Au-delà de la billetterie, l’entreprise réalise des prestations de paiement pour la compagnie low cost Air Arabia ou encore de la messagerie. Malgré un portefeuille d’activité assez diversifié, le management précise que ces activités sont insignifiantes en termes de flux de trésorerie.

    «Dans le compte de résultat, c’est écrit non significatif». Et d’ajouter: «Ces diversifications tous azimuts sont très souvent à l’initiative de partenaires qui souhaitent capitaliser sur notre capillarité, exploiter notre réseau, ou encore nous transformer en one-stock-shop», explique le directeur général. En 2018, Cash Plus a réalisé plus de 200 millions de DH de chiffre d’affaires. L’exercice 2019 a permis de réaliser une croissance de 40%.

    Toujours dans la logique de diversification, Cash Plus vient de créer Go Plus Travel. La Sarl, dont elle détient 99 parts, est spécialisée dans l’organisation de voyages ou de séjours individuels et collectifs ou encore la vente de produits de cette activité. Une part est détenue par Nabil Amar, DG adjoint et administrateur de Cash Plus.

    L’activité sera développée avec un partenaire. L’enjeu actuel est micro, dans la mesure où il s’agit d’exploiter un local pour le rentabiliser. Après, rien n’empêche de réévaluer les opportunités. Pour 2020, le management annonce mettre en œuvre l’activité de cette filiale qui sera basée dans un local précis. Pour le moment, la filiale n’a aucun lien avec le reste des activités. Aucune enveloppe budgétaire n’est pour l’heure dédiée à ce projet.

    «C’est une activité insignifiante. Nous venons juste de créer cette société sur le plan juridique. Nous n’avons pas encore obtenu les agréments. Vu l’ensemble des étapes prévues par la réglementation du voyage, nous ne sommes qu’au tout début du process pour son obtention», explique Hazim Sebbata.

    La concurrence prend de l’avance

    Cela fait plus de quatre mois que le concurrent Inwi Money s’est officiellement lancé dans l’aventure du paiement mobile. Ce dernier affiche des ambitions allant du transfert à l’international jusqu’à la distribution de microcrédits. Inwi Money, c’est aujourd’hui 140.000 wallets, sur un total de 380.000 créés dans l’ensemble du pays, selon les dernières données livrées par Bank Al-Maghrib, et qui représente le seul chiffre véritablement connu sur le sujet.

    Modeste KOUAME

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc