×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Fitur-Tourisme: Pourquoi le Maroc rate sa promotion

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5684 Le 27/01/2020 | Partager
Les brochures des principales destinations ne sont pas actualisées
Des produits touristiques très riches exposés dans un pavillon «médiocre»
fitur-tourisme-084.jpg

Malgré les multiples critiques qui ont accompagné la participation du Maroc au salon Fitur, l’espoir ne se dissipe pas. Mohamed Sofi, délégué de l’Office pour le marché ibérique, affirme que «tout est pensé pour conquérir le marché espagnol et toucher tous les foyers émetteurs des touristes vers le Maroc» (Ph YSA)

Le rideau est tombé, dimanche sur la 40e édition de la foire internationale du tourisme (Fitur), à Madrid. Cette édition s’est déroulée en présence d’une forte délégation de professionnels marocains, pour qui «Fitur est une occasion d’établir des contacts avec les opérateurs d’autres pays participants, montrer les multiples facettes du tourisme marocain, et s’inspirer des autres expériences». Expériences qui ont fourni une matière à réflexion aux opérateurs qui réclament des actions correctives immédiates «pour ne pas rater la promotion de la marque Maroc». Décryptage.

■ Des brochures datant de 2005 pour promouvoir le Maroc de 2020!
Il faut opérer une amélioration immédiate de la stratégie nationale sur le marché ibérique. C’est la conviction de nombreux professionnels marocains ayant fait le déplacement à Madrid, du 22 au 26 janvier. Pour eux, il faut commencer par l’actualisation des brochures promotionnelles du Maroc. Car, «il est anormal de vendre la destination en 2020 avec des documents datant de 2005», déplore un opérateur de Marrakech. «Pourtant, l’Office gère un budget conséquent dédié à la promotion touristique du Maroc», rappelle-t-il. Du même avis, un autre professionnel insiste sur «l’intérêt de la mobilisation des partenaires institutionnels pour la création d’une véritable synergie autour de  la marque Maroc». A ce titre, le nouveau pavillon du Royaume ne fait pas l’unanimité ni en design ni en animation. «Mitoyen, celui du Sénégal offre une meilleure visibilité pour les visiteurs. Il en est de même pour d’autres représentations étrangères, dont l’offre touristique est moyenne, mais mieux présentée par rapport à celle du Maroc, pourtant nettement «supérieure»», souligne-t-on.

■ Une stratégie pour conquérir les marchés émergents s’impose
Sur un autre aspect, Aziz Lebbar, président du CRT de Fès, estime «qu’il est temps pour le Maroc de conquérir les nouveaux émergents, comme la Russie, les Etats-Unis, le Brésil et les marchés de l’Asie notamment la Chine». Notons à ce titre que les marchés des USA et de la Chine intéressent également les opérateurs Rbatis. «Nous nous alignons sur les objectifs du royaume pour conquérir un grand nombre de touristes et les émerveiller par Rabat capitale culturelle et ville lumière», indique Amine Benammar, PDG des hôtels et clubs Rihab Yasmine. En outre, les opérateurs doivent concocter des produits touristiques qui complètent la visite des touristes en Andalousie (Espagne) par le patrimoine culturel arabo-mauresque au Maroc et particulièrement dans les villes impériales comme Fès et Meknès. En ce sens, un éductour sera organisé incessamment à Séville, à l’initiative de l’ONMT. Le but étant de lancer un package qui réunit, lors d’un séjour en Europe et Afrique, les villes impériales marocaines avec Séville et Malaga (Espagne). Les TO espagnols devraient se charger par la suite de la promotion de ces packages auprès de leur clientèle digitale et traditionnelle. Pour leur part, leurs homologues marocains travailleront sur des packages spécifiques en concertation avec l’Office. A ce titre, Adil El Fakir, directeur de l’ONMT, est attendu ce lundi à Fès pour une première réunion avec les opérateurs.

■ Tapage médiatique dans tous les foyers émetteurs
De l’avis des professionnels, le Maroc doit multiplier les actions de communication (réseaux de distribution, médias, grand public...) afin de véhiculer une image positive de son label au Fitur. Pour le Royaume, Madrid représente le principal foyer émetteur de touristes  avec 19% du volume global (2,5 millions de touristes ibériques en 2018, un chiffre en hausse de 6%.). Et la visite de la reine Letizia d’Espagne au pavillon Maroc atteste des bonnes relations diplomatiques qui réunissent les deux pays. Le tourisme devra en profiter en maximisant le flux touristique vers le Maroc. «Pour y parvenir, nous allons ouvrir 9 nouvelles lignes aériennes au départ des Iles Baléares, l’Andalousie, et Madrid, vers Fès, Marrakech, et Nador», annonce Mohamed Sofi, délégué de l’ONMT pour le marché espagnol. Ces nouvelles connexions permettront de passer de 192 fréquences aériennes hebdomadaires actuellement à plus de 223 fréquences dès l’été 2020. «La proximité avec l’Espagne joue en faveur de notre destination. En plus de l’aérien, nous avons aussi des flux par les voies maritimes et terrestres qui sont très intéressants et très importants», conclut Sofi.

Donner plus de visibilité au Maroc

L’ONMT continuera à participer aux différents salons régionaux et internationaux du tourisme en Espagne. «L’objectif est de toucher tous les foyers et bassins émetteurs des touristes vers le Maroc», estime le délégué de l’Office pour le marché ibérique. Pour 2020, l’Office travaille avec les TO classiques et les TO online (Destinia, Logitravel,…). Il démarche également de nouveaux TO au niveau offline et online comme Luxotour, et MondiMaroc, ainsi que les groupes Barcelo et Globalia. A ce titre, toutes les actions de communication, assorties aux réseaux sociaux, agences de voyages et groupes de gestion sont au menu. En plus de cela, l’ONMT maintiendra les workshops, roadshow, rencontres BtoB et autres événements pour donner plus de visibilité à la marque Maroc.  Des rencontres thématiques (gastronomie, culture et aventure) et conférences de presse sont également prévues. Le but étant de toucher tous les segments à travers les médias ainsi que la presse spécialisée.

DNES à Madrid, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc