×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Courrier des Lecteurs

    Propreté: Le nouveau matériel inutile?

    Par L'Economiste | Edition N°:5682 Le 23/01/2020 | Partager
    cari-soulalyates-082.jpg

     

    Du nouveau en matière de propreté à Casablanca. La ville blanche s’est en effet dotée récemment d’un tout nouveau matériel de collecte pour ses ordures. Au total, près de 190 engins ont été acheminés vers différents sites,  dont celui du boulevard Roudani. Une nouvelle qui n’a pas convaincu nos lecteurs, particulièrement sceptiques sur la question… (cf. notre édition du 16 /01 /2020)    

    ■ Que font nos responsables?
    Que font les responsables qui accordent de tels projets? Vivent-ils dans les mêmes villes que nous? Regardent-ils l’état des rues à Casablanca? En effet, la ville blanche, ce n’est pas seulement le quartier 2 Mars et le boulevard Abdelmoumen. Il suffit de se rendre par exemple à Sidi Maârouf ou encore au pôle technologique Casa Nearshore pour constater l’étendue des dégâts… La route pour s’y rendre est jonchée d’ordures et particulièrement polluée.  Si ces individus ne parviennent pas à assumer, qu’ils démissionnent et laissent la place à d’autres capables de suivre plus correctement ces projets délaissés.
    D.D.

    ■ De l’argent dépensé pour rien!
    Les sociétés responsables de la gestion des ordures dans la ville de Casablanca semblent plus intéressées par l’argent que par la propreté! Pourtant, cette métropole est particulièrement sale et polluée comparée aux autres provinces du pays… Il est grand temps de déléguer cette tâche ardue et capitale à des individus impliqués. Sinon, c’est de l’argent dépensé pour rien…
    C.M.

                                                                                     

    Casablanca: Des bus d’occasion en rodage

    casa-bus-082.jpg

     

    Beaucoup ont remarqué ces dernières semaines que des bus sans passagers circulent sur les principales artères de Casablanca. Des véhicules d’occasion importés de l’étranger en phase de rodage avant la mise en service dès février prochain par l’espagnol Alsa (nouveau gestionnaire délégué). Ce qui n’enchante pas tous nos lecteurs… (cf. notre édition du 14 /01/2020)    

    ■ L’Europe? Une valeur sûre en matière de sécurité
    La ferraille de l'Europe - des bus achetés à 300.000 DH l’unité - vaut infiniment mieux en matière de sécurité que la ferraille marocaine qui circule actuellement et peut exploser à tout moment! Que Dieu bénisse la ferraille et le management européens!
    M.L.
    ■  Du grand n’importe quoi!
    Dépenser 140 millions de DH pour se doter d’un parc de tas de feraille, c’est de la folie! Cet argent aurait pu être investi de manière différente et plus intelligente. En effet, les bus en question ont 12 ans d’âge en moyenne. Même bien entretenus, je ne pense pas qu’ils feront l’affaire bien longtemps…
    A.P.

                                                                                     

    Et d’autres réactions

    ■ Invasion de sangliers à Rabat: Ils étaient là les premiers!
    Les ancêtres des sangliers erraient jadis en plein cœur de Hay Riad, le quartier ayant été autrefois une forêt en pleine campagne. Alors, qui a envahi l’espace vital de l’autre le premier?
    B.C.

    ■ Libération du domaine public: Quid des quartiers huppés?

    liberation-du-domaine-public-082.jpg
     

    Il faudrait que la police administrative visite la gare de l’Oasis à Casablanca. Un quartier dont les trottoirs sont régulièrement pris d’assaut par des cafés, des restaurants ou encore des garages… Les piétons sont d’ailleurs obligés de slalomer entre les tondeuses à gazon, déposées à même l’asphalte, pour se frayer un passage! Libérez d’abord ces zones huppées de la capitale économique avant de vous attaquer aux quartiers défavorisés.
    F.M.

    ■ Fonction publique: Les salaires n’explosent pas
    dans toutes les filières

    Les salaires n’ont pas explosé dans toutes les fonctions du public ces dix dernières années. Depuis 2001, je travaille dans l’hospitalier et gagne nettement moins que le salaire minimum de 8.000 DH cité dans votre article (primes comprises). Cherchez l'erreur! Tous les fonctionnaires ne sont donc pas égaux à ce niveau!
    V.A.

    Administration numérique? Quand les poules auront des dents!
    C’est fou de constater que l’e-gov en est encore au stade de projet en 2020… Pourtant, le lancement de ce chantier remonte à la fin des années 1990, du temps où Driss Jettou était  ministre du Commerce et de l'Industrie. Près de deux décennies plus tard, le même plat réchauffé est resservi aux Marocains. Un projet à prendre avec des pincettes, vu la situation actuelle à ce niveau… Il y a à peine trois mois de cela, j’ai en effet vécu une histoire incroyable avec les services de l’état-civil de la commune urbaine de Sidi Belyout (considérée comme l’une des plus anciennes collectivités locales du pays). J’avais demandé un extrait d’acte de naissance pour ma fille et, à ma grande surprise, ce dernier était… manuscrit! Inutile de vous dire que le document en question, qui était destiné à l’administration d’un pays étranger dont les employés n’ont pas pu déchiffrer l’écriture en pattes de mouches, a tout bonnement été refusé…  Décidément, le ridicule ne tue pas chez nous!
    T.T.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc