×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Les détails de la réhabilitation de la médina d’Essaouira

Par Ghizlaine BADRI | Edition N°:5678 Le 17/01/2020 | Partager
Le Roi s’enquiert du projet bénéficiant à 13.000 habitants
Les études réalisées à 75% et les travaux à 16%
Visite du musée «Bayt Dakira» et hommage à la communauté juive marocaine
roi-essaouira-078.jpg

La visite du Souverain à Essaouira était très attendue. Durant son parcours à la médina, mercredi dernier, le Roi s’est rendu à «Bayt Dakira», un espace dédié à la préservation et à la valorisation de la mémoire judéo-marocaine, unique en son genre au sud de la Méditerranée (Ph. MAP)

Les Souiris étaient nombreux à investir les rues d'Essaouira mercredi dernier pour accueillir SM le Roi Mohammed VI. Dès son arrivée, le Souverain s’est rendu à la médina afin de visiter «Bayt Dakira», un espace dédié à la préservation et la valorisation de la mémoire judéo-marocaine, dont la cité des Alizés est la gardienne.

Le lieu, unique en son genre au sud de la Méditerranée, est dédié à la mémoire du judaïsme. Il a pour vocation de combiner au cœur d’un même espace la spiritualité, la mémoire,  l’histoire et la science.

«Cette visite du Souverain scelle la renaissance de la ville d’Essaouira, qui a toujours été tournée vers le reste du Monde», a relevé André Azoulay, conseiller de SM le Roi et président fondateur de l’Association Essaouira-Mogador, dans l’allocution qu’il a prononcée à l’occasion de cette visite. «C’est un jour historique portant l’empreinte de notre Maroc séculaire et millénaire qui a su protéger la très grande diversité, la richesse centrale de notre pays», a-t-il déclaré.

Ajoutant que «cette maison est celle de la mémoire et de l’histoire. Elle est aussi celle de cette boussole marocaine dont le monde a besoin aujourd’hui, un monde en quête de repères, tournant le dos à toutes ces valeurs qui sont celles de notre pays, sous le leadership de SM le Roi, Amir Al-Mouminine».

Le Roi a offert, mercredi soir, un dîner en l’honneur des membres de la communauté juive marocaine et de grandes personnalités: Fouad Ali El Himma, la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, le secrétaire général de la communauté juive au Maroc, Serge Berdugo, le Grand Rabbin de Genève, Yzhak Dayann, le directeur-exécutif de la fédération sépharade américaine, Jason Guberman, ainsi que l’acteur et humoriste, Gad El Maleh.

roi-essaouira-2-078.jpg

Le déplacement de SM le Roi à Essaouira, après la visite à Marrakech le 7 novembre dernier, est l’occasion de faire le point sur les différents programmes et projets de restructuration de la ville. La médina d’Essaouira fait peau neuve et bénéficie d’un programme de réhabilitation et de mise en valeur (2019-2023) qui profite à ses 13.000 habitants, élaboré sous hautes instructions royales.

Quelque 26 projets y sont prévus pour un investissement de 300 millions de DH. Ils s’articulent autour de quatre principaux axes, à savoir la réhabilitation de l’espace urbain, la restauration et la mise en valeur du patrimoine historique, la promotion de l’accès aux services sociaux et le renforcement de l’attractivité touristique et économique. Le taux de d’avancement des études est de 75%. Celui des travaux de réalisation est à 16%.

SM le Roi Mohammed VI porte ainsi un grand intérêt à la revalorisation de l’ancien patrimoine urbain des grandes villes du Royaume, à travers les différents projets de réhabilitation en cours dans les anciennes médinas de Salé, Essaouira, Marrakech, Tétouan et Meknès.

Autre projet phare, le barrage «Zerrar», et les travaux entrepris notamment par la direction provinciale de l’agriculture de la ville pour la mise en place de systèmes d’irrigation et de goutte-à-goutte, au profit des agriculteurs de la région. Le barrage vise à régulariser le volume des eaux de l’oued El Ksob et à protéger la ville contre les inondations, ainsi qu’à fournir, d’ici 2030, de l’eau potable et irriguer 1.500 ha.

Sa construction, qui a commencé en novembre 2008, a nécessité un investissement de 630 millions de DH. Un chantier qui entre dans le cadre de la convention-cadre pour la réalisation du Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, signée lundi 13 janvier 2020 à Rabat, sous la présidence du Souverain.

plan-essaouira-078.jpg

Quelque 26 projets sont prévus dans le cadre du programme complémentaire de réhabilitation et de mise en valeur de l'ancienne médina d'Essaouira (2019-2023). Un investissement de 300 millions de DH y a été consacré (Source: Commune Urbaine d'Essaouira & Al Omrane)

Ce programme intégré a mobilisé des investissements de l’ordre de 115,4 milliards de DH. Il s’articule autour de cinq principaux axes: l’amélioration de l’offre hydrique, notamment par la construction de barrages, la gestion de la demande et la valorisation de l’eau, en particulier dans le secteur agricole, le renforcement de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural… Sans compter la réutilisation des eaux usées traitées dans l’irrigation des espaces verts, ainsi que la sensibilisation en vue de renforcer la conscience liée à l’importance de la préservation des ressources.

Autres projets en cours également, la construction du centre de santé «Derb Laalouj», du centre d’addictologie, du centre d’enseignement préscolaire ainsi que d’un complexe intégré des métiers de l’artisanat, qui abrite un centre de formation professionnelle et un espace d’exposition et de vente. 

La ville d’Essaouira, primée à deux reprises en 2019 par l’Unesco, est reconnue dans le réseau mondial des villes les plus créatives au monde, et à travers l’art gnaoua, comme patrimoine culturel immatériel. Elle rejoint Rabat, inscrite depuis 2012 au patrimoine mondial de l’Humanité de l’Unesco.

220 millions de DH pour la restructuration du port

Lieu emblématique de la ville, le port d’Essaouira bénéficie depuis 2010 de travaux d’extension et d’aménagement entrepris par l’Agence nationale des ports (ANP). Avec un budget alloué de 220 millions de DH, l’objectif de ces travaux de grande envergure est de faire face à l’insuffisance et au manque d’espace pour la mise en place des installations et équipements de salubrité, en conformité avec les normes internationales. Des transformations qui ont pour but également d’offrir des conditions de sécurité optimales aux usagers du port, et de répondre à la vocation touristique d’Essaouira, par son ouverture sur la ville et la préservation de la Sqala.

Ghizlaine BADRI

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc