×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Competences & rh

    Produits du terroir, les oubliés de nos universités

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5675 Le 14/01/2020 | Partager
    Une seule licence professionnelle proposée par la faculté des sciences de Rabat
    Le bilan de cette expérience présenté lors d’un atelier organisé dernièrement en collaboration avec l’université de Bordeaux

     L’université marocaine s’intéresse peu au secteur des produits du terroir avec une offre en formation très limitée. Cela à un moment où ce secteur connaît depuis plusieurs années un développement soutenu, ce qui lui a permis de se positionner comme une niche porteuse sur le plan économique et social, surtout dans le monde rural.

    Consciente de cet enjeu, la faculté des sciences de Rabat, en collaboration avec l’université de Bordeaux, a organisé, dernièrement, un atelier sur les formations professionnalisantes pour la valorisation des produits du terroir. «L’objectif est d’encourager les universités à susciter des vocations chez leurs enseignants pour qu’ils portent des projets de formation sur la valorisation de ces produits», précise Mohammed Najim, professeur émérite, université de Bordeaux.

    Il n’existe, pour l’heure, qu’une seule licence professionnelle dédiée aux produits du terroir à la faculté des sciences de Rabat. «D’une durée d’une année, cette formation est accessible aux étudiants qui ont déjà un Deug en chimie ou en biologie et également aux lauréats des EST et les diplômés d’un BTS», précise Souad El Hajjaji, responsable de cette licence et directrice du Centre de l’eau, ressources naturelles, environnement et développement durable.

    Sur près de 800 demandes reçues chaque année, on sélectionne une promotion composée de 60 étudiants, ajoute-t-elle. La formation est axée sur les produits du terroir et agronomiques. Le premier semestre est consacré notamment aux aspects techniques de transformation et de contrôle de qualité et les bonnes pratiques. Alors que dans le deuxième semestre, on essaie d’inculquer à nos étudiants l’esprit d’entrepreneuriat, conclut El Hajjaji.

    Implication des professionnels

    Les travaux de cet atelier ont permis de sortir avec une série de recommandations. L’accent a été mis sur l’implication des professionnels du secteur des produits du terroir dans le cursus de formation à travers des séminaires ou des stages sur le terrain au profit des étudiants. On devrait également les consulter lors de la préparation des cahiers des charges concernant ces formations et l’identification des besoins en termes de profils à former. Nous rencontrons des difficultés pour recruter le personnel qualifié dans ce domaine, souligne Karim Sourelah, un jeune exploitant agricole à Ain Sbit (région de Rabat), spécialisé dans la production du raisin de table, type Muscat.

    Noureddine EL AISSI

                                                                                       

    Comment concevoir les cursus

    laurence-geny-denis-075.jpg

    Pour Laurence Geny-Denis, professeur à l’université de Bordeaux, il existe plusieurs approches pour appréhender la notion des produits du terroir (Ph. NEA)

    - L’Economiste: Comment distinguer les produits du terroir des produits bio?
    - Laurence Geny-Denis:
    Les produits du terroir sont plus complexes du fait qu’ils sont liés à une zone géographique, à un sol et un climat particulier ainsi qu’à des pratiques culturelles ancestrales à travers l’histoire contrairement aux produits bio qui se distinguent particulièrement par la non-utilisation des produits chimiques de synthèse.

    - Sur quoi devrait porter le contenu des formations dédiées à la valorisation des produits du terroir?
    - Comme je viens de l’expliquer, la notion des produits du terroir est complexe et multidisciplinaire. Cela permet donc de l’intégrer dans plusieurs cursus de formation. Par exemple, on peut avoir des formations dont 80% tournées vers la valorisation des produits du terroir dans le cadre d’une approche territoriale visant le développement économique et social d’une région. Dans ce cas, le cursus de formation doit permettre, bien évidemment, la connaissance du produit concerné mais également la maîtrise d’autres disciplines notamment l’histoire, la sociologie, la géographie et l’économie.
    La notion des produits du terroir peut être abordée avec une approche agronomique dédiée à la formation des techniciens: agronomes et producteurs. Il s’agit d’une formation moins transversale qui se focalise particulièrement sur le process de fabrication.

    - Quelles filières sont proposées par votre université?   
    - Nous avons deux licences professionnelles qui portent sur la notion des produits du terroir.  L’une, sur la valorisation des appellations ouverte au département de la géographie à l’université de Bordeaux Montaigne. L’autre sur l’oenotourisme à l’Institut des sciences de la vie et du vin. Il s’agit d’une formation qui vise la valorisation du tourisme notamment rural en se focalisant sur les produits viticoles. Au menu également Master Wintour, une formation qui prépare de futurs professionnels polyvalents et qualifiés dans le tourisme et l’industrie du vin: techniciens et agronomes.

    Propos recueillis par NEA

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc