×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Courrier des Lecteurs

Cafés hors la loi: La démolition commence!

Par L'Economiste | Edition N°:5653 Le 12/12/2019 | Partager
cafes-domaines-public-053.jpg

La chasse aux cafés hors la loi a commencé à Casablanca. La semaine dernière, pas moins de 22 établissements ont été la cible des forces de la police administrative. Plusieurs terrasses ont même été rasées. Une démarche que nos lecteurs attendaient depuis longtemps… (cf. notre édition du 05 /12 /2019)

■ A quand Sidi Belyout?
Une belle initiative, quoique un peu tardive… quand cette mesure sera-t-elle appliquée aux autres arrondissements de la ville? Je parle entre autre de la commune de Sidi Belyout mais également des artères du quartier Gauthier, qui présentent des cas d’occupation du domaine public inadmissibles! Il suffit de se rendre sur place pour constater ce désordre pathétique.

O.S.

■ Pour avoir attendu aussi longtemps?
Pourquoi avoir attendu toutes ces années pour agir? Depuis belle lurette, de nombreux cafés et autre établissements de restauration occupent sans scrupule les trottoirs sans que les autorités ne bougent d’un iota.
H.S.

■ Quid des vendeurs ambulants?
Il faut mettre fin en premier à l’activité des vendeurs ambulants. Ceux-ci occupent en effet jours et nuits le domaine public, gênant le parcours des piétons et laissant des ordures sur le bord des routes!
S.M.

■ Les autres formes de l’anarchie
Quid des garagistes, des épiceries ou encore des coiffeurs? Autrement dit le problème concerne presque tous les commerces donnant sur une rue ou une avenue piétonne… Une véritable anarchie!
O.A.

cari-cl-053.jpg

                                                                                   

Mendicité des enfants: Enfin un plan national sur les rails!

Un plan d’action national pour lutter contre l’exploitation des enfants à des fins de mendicité a récemment été lancé à Rabat en vue d’être généralisé dans toutes les régions. Objectif: combattre un phénomène qui se généralise dans des villes comme Casablanca et Rabat. Un programme qui a fait réagir bon nombre de nos lecteurs… (cf. notre édition du 05 /12 /2019)   

■ Sanctionnons les mendiants professionnels
Très bonne idée ce programme! Néanmoins, avant toute chose, il faut sanctionner les loueurs d’enfants ainsi que les parents de ces derniers. Prenons des mesures sévères à l’encontre de ces mendiants professionnels qui vont souvent jusqu’à droguer ces jeunes. Je propose d’organiser des traques menées par les forces de l’ordre aux feux rouges, sur les avenues, à l’entrée des mosquées et dans les souks. C’est un phénomène honteux!
M.R.
■ Cesser avant tout de donner de l’argent
Pour dissuader ces mendiants, il faudrait que les gens cessent de donner de l’argent aux enfants et à toute personne accompagnée d’un enfant. C’est à mon sens l’unique moyen de les décourager!    
S.R.

                                                                                   

Festival de Marrakech: Halte au misérabilisme!
Je viens d’assister au festival de Marrakech. Aussi, si l’on constate que les films étrangers sont beaux et entraînants, l’on ne peut pas en dire autant des deux productions marocaines présentées qui baignent dans le misérabilisme le plus total en décrivant essentiellement la face sombre de notre société. L’un des films présentés notamment, réalisé par la femme de Nabil Ayouch Maryam Touzani, aborde de manière émouvante le sort des femmes qui accouchent dans l’illégalité sous nos cieux. Alors certes, sur un plan strictement cinématographique, les acteurs sont excellents et la réalisation épatante. Néanmoins, le scénario de l’œuvre est beaucoup trop noir et triste. Or, lorsqu’il se rend au cinéma, le spectateur veut pouvoir rêver et être transporté dans des paysages sublimes ou par des récits d’hommes et de femmes extraordinaires. Sans oublier que nous avons déjà les réseaux sociaux et les journaux qui nous servent régulièrement notre dose quotidienne de mauvaises nouvelles. Même si les étrangers adorent ce genre d’histoire, offrez-nous des films synonymes d’espoir qui puissent avant tout nous divertir et nous faire oublier nos tracas du quotidien. Autre film également au programme, «Le miracle du Saint inconnu» donne largement dans le charlatanisme. On se croirait dans le Maroc du début du siècle dernier et c’est juste insupportable! Un coup de chapeau néanmoins à l’organisation et à l’accueil du festival, mais aussi à ses nombreux hommages rendus à des icônes du septième art! Sans oublier la diversité des créations présentées, qui font de cet évènement une manifestation culturelle unique et sans pareil.
M.T.

                                                                                   

Activation de l’alarme du tram: 2 mois de prison ferme!

tram-casa-053.jpg

■ Les travaux d’intérêt public plus utiles
Il fallait condamner ce jeune à des travaux d'utilité publique, comme balayer les rues ou encore vider les poubelles. C'est humiliant? Certes mais c'est efficace pour éviter toute récidive! De plus, il ne coûtera pas son couvert et son gîte fournis par la prison avec l’argent des contribuables. C'est ce type de sanction qu'il faut développer pour éduquer ces jeunes!
B.S.
■ Une sanction qui risque de détruire sa vie
La prison va juste détruire sa vie. Une dizaine de jours de travaux d’intérêt général et une amende de 500 DH auraient amplement suffi!
T.T.

 

 

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc