×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Formation des enseignants: Le coup de pouce de l’UE

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5651 Le 10/12/2019 | Partager
Le projet «Education II» a permis de former 2.000 cadres pédagogiques
La phase pilote clôturée, le programme sera élargi à toutes les académies du pays
Le renforcement des capacités du personnel administratif aussi au menu

L’aide de l’Union européenne (UE) au développement de l’Education donne ses fruits. Son programme Education II lancé sous le thème «Maroc-UE, partenaires pour une éducation de qualité» vient de s’achever, sur une belle note de satisfaction générale.

«Notre engagement dans l’Education au Maroc s’explique par la priorité de ce secteur pour le développement du pays», soutient Claudia Wiedey, ambassadeur, chef de la délégation de l’UE au Maroc. 

Dans une phase pilote, ce programme de formation initiale et continue du corps pédagogique a visé trois académies régionales: Casablanca, Marrakech et celle de l’Oriental. Ses résultats plus que probants ont invité la tutelle à l’appliquer dans tout le Royaume.

«Après que nos équipes aient été formées aux outils et fonctionnement du programme pendant la phase pilote, nous comptons le généraliser aux autres académies», annonce Saaïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Depuis son lancement en 2017, ce projet a permis de former 2.000 enseignants dans les trois académies pilotes et d’élaborer un dispositif de formation des cadres pédagogiques en alternance intégrative et des instruments de pilotage et de reporting des CRMEF (Centres régionaux des métiers de l’éducation et de la formation). A cela s’ajoute un modèle de stratégie de formation continue des cadres pédagogiques pour l’optimisation de la qualité de la prestation.

Quatre autres axes sont également au programme. «Il est prévu de lancer une nouvelle approche de planification scolaire pluriannuelle (PSP), basée sur l’analyse et le diagnostic prévisionnel de la carte scolaire», indique le ministre de l’Education nationale.

Toujours dans le même registre, près de 400 chefs de division, chefs de service et de cadres de l’administration centrale et dans les régions ont bénéficié d’un renforcement de capacités en management, ressources humaines, affaires juridiques et finances et budget.

Dans le pipe aussi, améliorer le modèle pédagogique à travers un cahier des charges relatif à l’évaluation des manuels à partir de l’analyse de 77 manuels parascolaires du cycle secondaire collégial concernant les disciplines scientifiques. Sans oublier le renforcement des capacités des responsables des systèmes d’information.

Classement PISA: Les précisions d’Amzazi

Le ministre de l’Education nationale a tenu à apporter des précisions sur le mauvais classement obtenu dernièrement par le Maroc dans le test PISA de l’OCDE. Des résultats, qui pour lui, «étaient attendus» car le royaume se trouve comparé aux pays membres de l’OCDE qui sont très développés en la matière. «Le Maroc est le seul pays d’Afrique qui a décidé de participer à ce test avec 5 autres pays arabes. L’évaluation PISA sera d’une grande utilité pour l’orientation future de nos actions afin de construire l’école marocaine sur de bonnes bases», explique Amzazi.

N.E.A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc