×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5645 Le 02/12/2019 | Partager

    ■ Moscou en appelle aux vampires pour combattre les anti-vaccins
    Confrontée à l’essor du mouvement anti-vaccins, la ville de Moscou a recruté des vampires assoiffés de sang, pour souligner l’importance de se faire immuniser. Le département de la Santé de la capitale russe a lancé cette semaine sur internet une vidéo dont le héros est un effrayant vampire, accompagné de sa fille, qui demande à un médecin si sa petite peut boire sans risque le sang de personnes non vaccinées. Le docteur, qui relève qu’il serait sans doute bien de ne pas boire de sang du tout, note qu’il serait particulièrement dangereux de consommer l’hémoglobine de quelqu’un qui n’a pas été vacciné. «C’est donc pour ça que certains parents sont contre la vaccination, pour nous empêcher de mordre leurs enfants?», demande alors le Dracula moscovite. La vidéo s’achève par un appel à vacciner les enfants, alors qu’en Russie, comme ailleurs en Europe et aux Etats-Unis, un mouvement anti-vaccin gagne du terrain. Plusieurs responsables moscovites ont appelé aussi jeudi à rendre la vaccination obligatoire. Ce qu’a fait la France récemment pour combattre la baisse des taux de vaccination. L’Organisation mondiale de la santé et le programme de l’ONU pour l’Enfance, l’Unicef, ont averti en juillet que la vaccination connaissait un recul inquiétant à travers le monde.

    ■ Canada: Un homme inculpé pour des «attaques aux excréments»

    cari-insolite-045.jpg

    Un résident de Toronto a été inculpé mercredi pour avoir lancé des excréments sur des étudiants et des passants, à au moins trois reprises en moins d’une semaine, selon la police. Samuel Opoku, 23 ans, a été arrêté mardi soir et devait comparaître dans l’après-midi pour «agression armée» et «méfait» devant un tribunal de Toronto. Selon l’enquête policière, il a déversé un seau de «matière fécale liquéfiée» sur une femme et un enfant dans une bibliothèque universitaire, lancé des excréments sur deux personnes dans un autre campus, et vidé un autre seau sur une femme dans une rue du centre-ville. Les trois attaques se sont produites les 22, 23, et 25 novembre. Une image du suspect issue d’une caméra de sécurité a alors été diffusée par la police mardi. Les enquêteurs font maintenant des tests sur le seau utilisé lors de la dernière attaque afin d’en connaître le contenu exact, notamment pour savoir s’il contenaît des agents pathogènes.
    Le maire de Toronto John Tory a félicité la police pour son efficacité dans l’affaire des «attaques aux excréments». «J’espère que cette arrestation apaisera les esprits sur les campus et dans la ville», a-t-il tweeté.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc