×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Les travailleurs français contre la réforme des retraites

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5600 Le 25/09/2019 | Partager
    150 mobilisations étaient programmées mardi partout dans l’Hexagone
    Le gouvernement veut fusionner les 42 régimes en un système unique en 2025
    france_retraite_00.jpg

    Avec une moyenne de 23 années vécues en retraités, les français détiennent le record du monde de la durée de retraite, selon une étude publiée hier mardi par l’OCDE. C’est le cumul de deux avantages. D’un côté, une espérance de vie parmi les plus élevées des pays développés: 82,3 ans et une sortie effective du monde du travail à l’âge de 59,4 ans

    «Halte à la régression sociale». C’est le mot d’ordre lancé hier mardi par la centrale syndicale française, la CGT. Pas moins de 150 mobilisations étaient programmées un peu partout en France. Ceci, après une vague de mobilisation qui avait concerné plusieurs corps de métiers, tels les avocats, les médecins, les pilotes, les infirmières et le transport public. Objectif, contrer la future réforme des retraites.

    Solidaires, des syndicats, notamment celui des chemins de fer se sont joints à l’appel à manifester lancé mi-juillet en solo par la CGT au moment de la remise du rapport du haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, devenu depuis membre du gouvernement.

    A Paris, la manifestation devait avoir  lieu dans l’après-midi entre la place de la République et celle de la Nation, avec le renfort des organisations de jeunesse. Forces ouvrières a réuni de son côté plusieurs milliers de personnes le week-end  dernier.

    Conséquence d’un appel à la grève de la CGT-Cheminots et de SUD-Rail, le trafic était perturbé dans la matinée du mardi 24 septembre.  Alors que la Société nationale des chemins de fer avait prévu la circulation de presque tous les TGV mais de seulement deux trains Inter-cités sur cinq, trois TER sur cinq et un Transilien sur deux en moyenne.

    Les Français  ont donc davantage pris leur voiture. D’où un trafic exceptionnel, avec 460 km de bouchon en Île-de-France peu après 9H, a-t-il été signalé par des réseaux sociaux. «On fait une première mobilisation, il y en aura d’autres», a promis la semaine dernière Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, relayé par l’AFP.

    Le gouvernement prévoit de faire voter le projet de loi qui définira le nouveau système universel d’ici juillet 2020, après une nouvelle concertation citoyenne. La réforme prévoit de fusionner en un système unique par points les 42 régimes existants, à l’horizon 2025. Emmanuel Macron participera jeudi à Rodez à un débat sur ce thème, avec 500 lecteurs du groupe de presse La Dépêche.

    Réélu secrétaire général de la CGT en mai dernier, Philippe Martinez s’est récemment ému de ne pas être reçu par le chef de l’Etat, contrairement à d’autres organisations. «Mais il a depuis reçu un mail et un rendez-vous est dans les tuyaux», a-t-il fait savoir.

    Début septembre, il reconnaissait néanmoins qu’il lui serait «compliqué d’avoir une influence» sur cette réforme. Le problème reste selon lui le même: «L’objectif du gouvernement, c’est faire des économies et nous faire travailler plus longtemps». Et le débat qu’il a eu avec le haut-commissaire ne l’a pas fait changer d’avis.

    A.G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc