×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Atlantic Free Zone branchée au gaz du Gharb

    Par Nadia DREF | Edition N°:5584 Le 03/09/2019 | Partager
    12 nouveaux puits seront forés pour répondre à la demande
    La compagnie britannique investira 12 millions de dollars
    atlantic_free_zone_084.jpg

    En attendant le début de la production du Grand Tendrara, le bassin du Gharb fournit les industries locales en gaz naturel. Les ventes de SDX Energy devrait atteindre un taux brut annuel moyen de 6 à 6,5 millions de pieds cubes par jour

    Confronté à une demande de plus en plus grandissante, le bassin gazier du Gharb regorge encore de potentialités. En atteste la décision de la compagnie britannique SDX Energy de forer 12 nouveaux puits d’ici la fin du premier semestre 2020. Les travaux commenceront dans quelques semaines.

    Ce programme ciblera 15 milliards de pieds cubes (un pied cube représente un volume d'environ 28 litres) de ressources potentielles brutes. Objectif: répondre aux besoins exprimés par les clients situés dans Atlantic Free Zone près de Kénitra et ceux des futurs arrivants. SDX Energy fournit déjà les industries locales. En 2018, la société a commencé à vendre du gaz naturel à PSA, Extralait et GPC Kenitra.

    Au cours du 1er semestre 2019, trois clients supplémentaires, implantés dans le parc industriel et logistique, se sont ajoutés à la liste, à savoir Setexam, Citic Dicastal et Omnium Plastic. «Ces six nouveaux clients ont augmenté leur consommation au premier semestre 2019. Plusieurs d'entre eux sont censés atteindre des taux stabilisés au cours du second semestre», confirme SDX Energy.

    La production brute à fin juin s'est établie à 6 millions de pieds cubes par jour, soit une augmentation de 15% par rapport à celle réalisée au cours de la même période de 2018 (5,2 millions). Côté prévisions, les ventes en 2019 devrait atteindre un taux brut annuel moyen de 6 à 6,5 millions de pieds cubes par jour.

    «La campagne de forage au Maroc ciblera des réserves suffisantes pour satisfaire les demandes prévues des clients existants et testera de nouvelles zones à fort potentiel dans l'ensemble du portefeuille», précise le management. Notons que la consommation dans la région ira crescendo compte tenu de l’engouement pour Atlantic Free Zone dont un projet d’extension est en cours. 

    La société SDX investira 12 millions de dollars (116 million de DH) au Maroc. Sur ce total, 3,4 millions (33 millions de DH) serviront au forage des 12 nouveaux puits entre septembre 2019 et juin 2020. S’y ajoutent 6 millions de dollars (58 millions de DH) qui seront dédiés aux quatre puits prévus devant être forés d'ici la fin de 2019 (voir carte). Les 2,6 millions de dollars (25 millions de DH) restant seront utilisés dans l’acquisition des équipements et du terrain.

    SDX détient une participation directe de 75% dans la concession Sebou. «Ces actifs producteurs se caractérisent par des coûts d’exploitation exceptionnellement réduits, ce qui les rend particulièrement résistants dans un environnement de prix du pétrole bas», souligne le management. Le portefeuille de SDX comprend d’autres opportunités d'exploration à fort impact en Egypte et au Maroc.

    SDX  Energy détient cinq concessions, toutes situées dans le bassin du Gharb: Sebou, Lalla Mimouna Nord, Centre Gharb, Lalla Mimouna Sud et Moulay Bouchta Ouest. Une zone connue pour ses petits gisements de gaz biogénique, précise l’Onhym. Les puits qui seront équipés pour une production future se trouvent à proximité des infrastructures de transport, ce qui permettra de renforcer la production de gaz déjà existante dans ce bassin.

    L’opérateur britannique a bénéficié d’un prêt de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) de près de 100 millions de DH. Cette enveloppe devra permettre à SDX de disposer d’une source de liquidité supplémentaire pour le financement de ses opérations au Maroc. L’entreprise concentre principalement ses activités sur l’Afrique du Nord , surtout en Egypte et au Maroc, où résident les opportunités d'exploration à fort impact.

    2,44 milliards de DH à investir

    SDX Energy n’est pas le seul à forer des puits. Au total, neuf puits d’exploration en onshore étaient programmés par les partenaires de l’Onhym dont l’annonce a été faite en janvier dernier. Il s’agit des permis Gharb occidental (4 puits) et Lalla Mimouna (1) détenus par SDX Energy, Grand Tendrara (1) et la concession Tendrara (2) développés par Sound Energy ainsi que Haha Onshore (1) valorisé par le groupement PEL/Forpetro. D’autres acteurs continuent leurs travaux d’évaluation programmés sur leurs différentes zones ainsi que l’acquisition géophysique (2D). A titre d’exemple, le groupement Repsol/Shell s’est engagé à acquérir 1.300 km de sismique 2D à Tanfit. Globalement, les investissements prévus dans l’exploration pétrolière et gazière, au cours de cette année, s’élèveront à 2,44 milliards de DH dont 38 millions pour l’Onhym et 2,4 milliards pour les partenaires (98,4%). Cette enveloppe servira aux acquisitions géophysiques (sismique 2D et 3D) ainsi qu’aux travaux de forage (Cf. L’Economiste du 29 janvier 2019).

    Nadia DREF

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc