×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Des gisements d’innovation dans la santé

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5584 Le 03/09/2019 | Partager
    Experts et universitaires analysent l’écosystème
    Les enjeux éthiques et réglementaires… des contraintes
    innovation_sante_084.jpg

    Selon le rapport d’activité 2018 de l’Ompic, le domaine «Electricité, Electronique, Télécoms et TIC» arrive en tête des demandes de brevets d’origine marocaine avec une part de 40%, suivi du secteur de la «Chimie, biotechnologie et pharmacie» avec 32%, et en 3e position la «Mécanique, énergétique et green-Tech» avec une part de 28%

    Les dispositifs médicaux, les équipements, la prise en charge du parcours-patient, la personnalisation des soins… Autant de périmètres d’application à développer pour améliorer le bien-être des patients. L’innovation en santé est un domaine incontournable aujourd’hui et dont la fertilité n’est plus à démontrer, aussi bien d’un point de vue économique et qualitatif.

    C’est un domaine créateur de valeur qui a un réel potentiel de croissance. Cependant, «il est soumis à des contraintes très fortes, notamment les enjeux éthiques et réglementaires: accès aux données des patients, réglementation sur la recherche clinique... pour aller au bout de l’innovation en santé», explique Jalila Benhammou, directrice du centre de l’innovation UM6SS.

    C’est dans ce contexte que des cadres d’origine marocaine basés en Suisse mutualisent leurs compétences pour répondre aux nouveaux défis de la santé. Réunis au sein de l’Association des cadres d’origine marocaine en Suisse (ACOMS) et l’Association EPFL Alumni Maroc, ces MRE se sont fixé comme objectifs de décrypter et analyser l’écosystème marocain dans le domaine de l’innovation en santé, ou encore identifier les difficultés et défis que les startups et les universités rencontrent dans leurs projets d’innovation, de R&D.

    Pour les panelistes, «seule la complémentarité des compétences permettra aux investisseurs, entrepreneurs, universitaires…de construire des projets et des produits viables sur le marché et qui apportent une réelle valeur ajoutée».

    Des gisements d’innovation sont à réaliser dans l’e-Santé à travers notamment le perfectionnement des moyens mis à la disposition de la télémédecine, la robotique, l’intégration des nouvelles technologies de l’information, l’intelligence artificielle ou encore le big data.

    Acteurs-clé de l’innovation, «les incubateurs ne doivent pas se contenter de l’hébergement des porteurs de projets. Mais mettre à leur disposition des équipements pour booster l’innovation et des dépôts de brevets d’inventions», souligne Zaki Sellam, fondateur et Ceo d’Avicenna Oncology.

    Les deux associations ont organisé la 4e édition du Symposium sur l’Innovation (SI2019). L’évènement, qui se tient pour la première fois hors de la Suisse, a eu lieu le 31 août à l’Université Mohammed VI des Sciences de la Santé (UM6SS) de Casablanca.

    M.Ko.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc