×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Tribune

    Dirigeant, comment libérer votre potentiel de leaders?

    Par Cyriane EL KHIATI | Edition N°:5578 Le 26/08/2019 | Partager

    Cyriane El Khiati a exercé pendant 20 ans en tant que manager en fusions-acquisitions en France, en Australie et aux Etats-Unis pour PwC et Deloitte. Elle a ensuite été gestionnaire de fortune dans une banque au Maroc pour une clientèle d’actionnaires dirigeants puis directeur général de Visa Inc au Maroc, coach et directrice des Ressources humaines au BCG au Maroc. Actuellement, elle se consacre pleinement à son activité de Coach pour Leaders et Influencers au Maroc et en France (Ph. C.E.K)

    Être un dirigeant reconnu pour ses compétences techniques n’est pas une condition suffisante pour devenir un leader. Comment être reconnu comme un leader?
    Commençons d’abord par la définition du mot leader. On reconnaît un leader à sa capacité à inspirer et motiver une équipe ou un groupe. Le leader est souvent un chef d’entreprise, mais un leader peut également être personnifié en un père ou une mère de famille, une personnalité politique ou un(e) étudiant(e)!
    Qu’ont-ils en commun?
    Le leader a une identité solide et stable. Il a conscience de ses forces et de ses faiblesses et s’est émancipé de comportements normatifs et des croyances limitantes.
    L’idée fondamentale est que les dirigeants doivent manager «comme ils sont» et non pas «comme ils devraient être» en essayant de coller à un modèle fantasmé du manager soi-disant parfait.
    Il ne s’agit donc pas de viser un modèle en particulier, mais de comprendre qui l’on est, par le biais de l’introspection et de l’expérience, pour par la suite construire son propre modèle managérial.

    Humilité, curiosité, network…

    La deuxième caractéristique est que le leader a une maîtrise continue de son environnement par deux biais:
    - Il a en particulier développé un ensemble de capacités et de compétences qui lui confèrent un rôle d’expert dans son environnement. C’est un expert cultivé avec une posture d’humilité et de curiosité. Il continue à apprendre et pratique une formation continue.
    - Il a également un network étendu. Il connaît les acteurs de référence de son environnement et comprend leurs dynamiques de pouvoir et d’influence.
    De ce fait, le leader devient la personne de référence pour ses pairs et ses équipes. On le consulte quand une question technique se pose ou qu’une décision est à prendre. Le leader connaît la réponse ou connaît la personne qui lui permettra d’élaborer la réponse.
    La dernière caractéristique est que le leader a un intérêt sincère pour les autres et le monde. Il a des valeurs fortes et assumées et comprend intuitivement qu’une réussite est le fruit d’une collaboration et d’un partage. Il a une vision qui englobe tout son environnement et pas seulement ses intérêts personnels. Son travail fait sens et a un sens positif. Son intention est d’avoir un impact positif pour sa communauté.
    Si certains sont des leaders nés, d’autres ont besoin de développer leur leadership afin de devenir plus qu’un simple dirigeant.

    «Révéler le leader qui sommeille en vous!»

    Vous l’avez compris, être leader n’est pas une fonction, ni un titre officiel. On ne peut pas s’auto-proclamer leader; il s’agit d’une reconnaissance attribuée par ses pairs.
    Voici trois suggestions afin de révéler le leader qui sommeille en vous!

    ■ Développez une écoute active:
    En quoi consiste l’écoute active? L’un des précurseurs de l’écoute active a été le psychologue humaniste Carl Rogers.
    Une écoute active consiste à obtenir une interaction parfaite entre la personne qui émet des informations et la personne qui les reçoit, sans jugement, sans préjugé et avec une prise de recul suffisante pour permettre à chacun d’accueillir avec bienveillance l’autre dans ses différences.
    Elle permet d’appréhender son interlocuteur d’une manière holistique en prenant compte du langage verbal et non-verbal, de son environnement et de ses enjeux.
    A quoi sert l’écoute active? L’écoute active est une compétence et une posture. Elle se pratique dans la vie professionnelle, mais aussi en famille ou entre amis.
    Cette compétence permet de comprendre les besoins de son interlocuteur et ainsi de soulever les freins dans la communication, cette démarche nous permet de prendre du recul face aux évènements et d’être à la recherche de solutions. Elle permet la résolution des conflits en entreprise, l’anticipation des crises, une meilleure ambiance au sein d’une équipe et un management non autoritaire.
    L’écoute active devient une posture lorsqu’elle est pratiquée régulièrement. Elle permet au leader de développer sa compétence de «coach» et de responsabiliser ses équipes. Le dirigeant devient plus charismatique car plus compréhensif, et plus humain. C’est un des boosters du leadership!

    leaders_078.jpg

    Le leader a un intérêt sincère pour les autres et le monde. Il a des valeurs fortes et assumées et comprend intuitivement qu’une réussite est le fruit d’une collaboration et d’un partage. Il a une vision qui englobe tout son environnement et pas seulement ses intérêts personnels (Ph. L’Economiste)

    ■ Développez des stratégies afin de mieux vous connaître:
    Parvenir à identifier en toute objectivité ses compétences, ses talents et ses modes de fonctionnement permet de gagner en performance, d’un point de vue individuel et collectif. Le «connais-toi toi-même» de Socrate fait de la conscience intérieure l’instance de la vérité et donc de la décision. Se connaître soi-même, c’est savoir donner le meilleur de nous-mêmes; faire gagner la raison et l’intelligence en toute situation!
    Pour mieux vous connaître, vous pouvez demander des feedbacks à vos proches ou à vos équipes. Le feedback à 360 degrés est par exemple une approche qui permet une évaluation du dirigeant par tout son entourage professionnel. C’est un moyen de se remettre en question et de s’améliorer constamment en reconnaissant ses forces et ses axes d’amélioration.Vous pouvez également faire un travail d’introspection seul ou accompagné par un Executive coach. Plusieurs méthodes et outils sont à votre disposition: l’Ennégramme, le MBTI, la PNL…

    ■ Identifiez votre ADN de leader:
    - Cartographiez les valeurs qui vous définissent et qui vous mettent en mouvement afin de les incarner totalement.
    - Définissez votre mission et développez la vision qui impactera positivement votre environnement au sens large.
    - Valeurs-Mission-Vision constituent votre ADN et contribuent à votre charisme de leader.
    La mission, la vision et les valeurs permettent d’établir une feuille de route, de faciliter la prise de décision et de mobiliser et optimiser les ressources.
    Elles permettent également de présenter votre singularité, d’augmenter votre crédibilité auprès des parties prenantes (pairs, équipes, clients, fournisseurs et autres partenaires) et d’avoir un impact positif sur votre environnement.
    Et enfin, n’oubliez pas de témoigner votre reconnaissance. Le leadership bienveillant est une clé de réussite!

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc