×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    GB: Boris Johnson n’a pas de temps à perdre

    Par L'Economiste | Edition N°:5573 Le 09/08/2019 | Partager
    Difficiles discussions avec l’UE
    Possibles élections générales anticipées dans la foulée du Brexit

    L'Union européenne se prépare à de difficiles discussions avec Boris Johnson. Bruxelles est consciente que le Premier ministre britannique est prêt à faire sortir le Royaume-Uni sans accord et joue sur la peur de cette issue pour diviser les 27, ont expliqué plusieurs responsables européens.

    Le conseiller du Premier ministre britannique, David Frost, a rencontré récemment à Bruxelles les collaborateurs du négociateur de l'UE, Michel Barnier et des membres du cabinet de Jean-Claude Juncker. La sortie du Royaume-Uni est prévue le 31 octobre, et se fera avec ou sans accord, assure Boris Johnson depuis son arrivée à la tête du gouvernement. Le sujet sera discuté lors du G7 fin août à Biarritz, en France.

    ■ Des élections générales anticipées: Le Royaume-Uni va-t-il vers ces élections? Et pourraient-elles stopper un Brexit dur, ou au contraire l'encourager? De nombreux députés, dans la majorité comme dans l'opposition, sont farouchement opposés à une sortie sans accord de l'UE le 31 octobre, évoquée par le nouveau Premier ministre Boris Johnson. Ils pourraient donc tenter de faire tomber le gouvernement et provoquer un scrutin, dans le but final de contrer ce scénario. Mais les spéculations vont bon train aussi sur la possibilité pour le dirigeant conservateur d'en appeler lui-même aux électeurs, avec un objectif opposé: élargir sa courte majorité parlementaire pour faire passer en force un Brexit sans concession (no deal). Sans certitude toutefois de gagner ce pari risqué.

    ■ Le rôle du Parlement: Boris Johnson a pris ses fonctions le 24 juillet en promettant de négocier un nouvel accord de sortie ou, à défaut, de quitter l'UE sans accord. L'Union lui a jusqu'ici opposé une fin de non-recevoir, et les deux camps accélèrent leurs préparatifs pour faire face à un divorce désordonné, dont la perspective devient de plus en plus concrète. La Chambre des communes s'est déjà prononcée contre le principe d'un «no deal». Pour empêcher qu'un tel scénario se réalise, les députés pourraient tenter de voter des lois forçant l'exécutif à reporter le Brexit, voire à y renoncer. Si cette stratégie échoue, le Parti travailliste, principale formation d'opposition, pourrait soumettre une motion de censure qui, si elle passe, pourrait aboutir à des élections générales anticipées.

    ■ Et si Boris Johnson n'a plus la confiance des députés? Le Premier ministre dispose alors de 14 jours pour tenter de renverser la vapeur et rallier une majorité de soutiens. Sinon, il doit convoquer des élections. Durant cette période, un autre membre de son Parti conservateur peut s'y essayer, de même que les travaillistes. Mais les divisions sont telles au Parlement qu'il paraît peu probable que l'opposition et les conservateurs rebelles puissent s'accorder sur un nom. Selon Catherine Haddon, du centre de réflexion Institute for Government, cité par AFP, même si un Premier ministre alternatif était désigné, Boris Johnson devrait d'abord démissionner. Et il peut refuser et se tourner vers les urnes.

    Tout dépend du vainqueur des élections

    L'équipe de Boris Johnson promet de mettre en œuvre le Brexit coûte que coûte, mais le vote eurosceptique pourrait également être capté par le Parti du Brexit de Nigel Farage. Le leader travailliste Jeremy Corbyn est quant à lui embourbé dans une crise sur l'antisémitisme au sein de son parti et peine à clarifier sa position sur le Brexit. Et les Libéraux-démocrates, pro-UE, gagnent du terrain. Si des élections sont décidées dans la foulée de la rentrée parlementaire le 3 septembre, le scrutin pourrait encore se tenir de justesse avant la date prévue du Brexit.

    F. Z. T. avec agences

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc