×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Publicité pendant Ramadan: La HACA réagit à nouveau

    Par L'Economiste | Edition N°:5567 Le 01/08/2019 | Partager

    La HACA vient de blâmer la trop forte concentration publicitaire des chaînes télévisées au cours du mois de Ramadan dernier. Un programme surchargé au détriment du confort des téléspectateurs, qui n’hésitent pas à faire entendre leur mécontentement… (cf. notre édition du 24 /07 /2019)
     
    ■ Diarrhée publicitaire
    Une vraie diarrhée publicitaire frappe nos chaînes télévisées durant la plage horaire du ftour du Ramadan, au point de se demander si les spots diffusés ne constituent pas le programme principal! Conséquence? Afin de ne pas être «pollués», on ne regarde plus les télés marocaines.
    Abdel

    ■ Sanctionner ne suffit pas
    Comme chaque Ramadan depuis plusieurs années, les pauses publicitaires ont une durée beaucoup trop longue, surtout après la rupture du jeûne! L’application de sanctions n’est donc pas suffisante. Le téléspectateur lambda est lassé et recherche, sans succès, durant le mois sacré un produit local de qualité et qui puisse être visionné en famille… Résultat? Ce dernier n’existe pas jusqu’à ce jour et la télévision, pendant ce laps de temps, n’est tout simplement que rarement utilisée. C’est bien dommage pour nos chaînes publiques qui peinent à fidéliser leur audience.
    Abdou

    cari_cl_067.jpg

                                                                              

    ONCF: Des nouveaux «plus» pas si avantageux!

    oncf_067.jpg

    La récente réduction des prix que l’ONCF vient d’accorder auprès des fonctionnaires actifs ou retraités du ministère des travaux publics ainsi qu’à leurs enfants et conjoints a fait réagir bon nombre de nos lecteurs. Tandis que certains souhaiteraient en bénéficier, d’autres la perçoivent comme insuffisante… (cf. notre édition du 25 /07 /2019)

    ■ Dérisoire!
    Cette réduction accordée aux retraités est réellement dérisoire! Sous d’autres cieux, cette catégorie de la population bénéficie d’avantages pouvant aller jusqu’à la gratuité totale des transports publiques. Ne pensez-vous pas que nos séniors méritent plus d’égards à ce niveau? Ceux-ci mêmes qui ont donné toute leur vie pour leur pays…
    Ahmed B
    ■ Et si tout le monde en bénéficiait?
    Est-il possible que l’ONCF étende ces prix préférentiels à tous les Marocains, dans les mêmes conditions que celles réservées aux fonctionnaires des TP? Un  moyen de contribuer à soulager des milliers de personnes dont les revenus sont si faibles qu’ils s’entassent régulièrement dans les taxis interurbains.

    Dr. M’hamed Sedrati

                                                                              

    Football: Un nouvel entraîneur pour bientôt

    ■ Les gladiateurs des temps modernes
    Les footballeurs peuvent être comparés aux gladiateurs qui, jadis, amusaient les Romains dans les arènes. Partout dans le monde, le foot est en effet devenu l’opium du peuple et une poule aux œufs d’or dont les opportunistes tirent profit au maximum. Ce n’est plus un sport, c’est tout simplement un business! C’est le cas d’ailleurs d’autres disciplines, moins visibles au Maroc.
    ILY
    ■ Une fédération qui absorbe un argent fou
    Il faut couper le budget de la Fédération royale marocaine de football qui absorbe un argent public monstrueux, au détriment des autres sports. Les footballeurs doivent réaliser qu’il n’y a pas qu’eux qui comptent!
    Omar Kadiri

                                                                              

    Et d’autres réactions

    ■ Marchands ambulants: Protégeons les commerçants honnêtes!

    marchands_ambulants_067.jpg

    Lors de l’évacuation de Derb Omar à Casablanca, un vendeur avait été jusqu’à installer un stand «fixe» à même la rue. Ce même individu avait déclaré devant les caméras qu’il était fonctionnel depuis plus de 19 ans et qu’il a acquis sa maison grâce à ce travail! Des déclarations qui prouvent que ces commerçants ont choisi l’informel au mépris de toutes les lois en vigueur. Ainsi, si les responsables décident de mettre de l’ordre dans ce domaine, ils doivent absolument protéger les commerçants honnêtes de ceux qui pratiquent dans l’illégalité afin de ne pas pénaliser ceux qui paient régulièrement leurs impôts.
    ILY

    ■ Loi-cadre sur l’enseignement: Un vrai fiasco!
    Je ris aux éclats en observant les individus qui se félicitent de cette loi! Je suis pour l’enseignement en français et je suis entièrement contre l’opposition du PJD. C’est fondamentalement une bonne loi. Cependant, je constate avec incrédulité la naïveté d’un certain nombre de personnes qui croient que cette loi va changer quelque chose sur le terrain. Ces mêmes citoyens savent-ils qu’une grande partie des enseignants de français ne parlent pas la langue de Molière? Comment régler un tel problème? Silence radio…
    Omar Kajjour

    ■ Développement durable: Les bonnes intentions existent…
     L’enjeu écologique se fait de plus en plus urgent, tant sur l’échelle nationale qu’internationale. Mais il semble nécessaire de rappeler qu’une transition écologique durable et égalitaire doit aller de pair avec une transition socio-économique!
    Suppression des sacs en plastique et ajout de sanctions aux dissidents certes, mais les solutions de remplacement doivent être infaillibles. Utilisons donc des véhicules hybrides ou électriques. Mais faut-il rappeler leur coût particulièrement élevé? Les bonnes intentions existent et sont louables, mais il faut en parallèle une grande rigueur dans l’information et l’accompagnement des citoyens marocains vers ces nouveautés susceptibles de changer la donne.
    M.C.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc