×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Engie Maroc Services: En course pour Noor Midelt II

    Par Nadia DREF | Edition N°:5566 Le 31/07/2019 | Partager
    philippe_miquel_066.jpg

    Philippe Miquel, directeur général en charge des Solutions Clients pour l’Afrique (Ph. F. Alnasser)

    La transition énergétique a transformé radicalement le métier des énergéticiens. La prestation des services est devenue l’une de leurs principales sources de revenu. Le DG d’Engie Maroc Services explique cette mutation.

    - L’Economiste: Comment voyez-vous l’évolution du secteur de l’énergie?
    - Philippe Miquel:
    La transition énergétique est une vraie révolution dans le domaine de l’énergie. Nous assistons à un changement de paradigme durable où on était habitué à concevoir des centrales centralisées et alimenter des réseaux des clients. Aujourd’hui, le système est en train de s’inverser. Les clients deviennent de plus en plus producteurs de leur propre énergie et alimentent eux-mêmes le réseau électrique. C’est le phénomène de «décentralisation» de la production d’énergie. Pour nous, cette évolution s’accompagne d’un changement de métier. Nous devons assister nos clients dans cette transition et les aider à produire leur propre énergie. Nous devons également les accompagner pour mieux connaître leurs besoins et usages et choisir les solutions adéquates: compteurs intelligents, smart grid, big data…

    - Quelles sont vos ambitions pour les énergies renouvelables?
    - Nous sommes intéressés par le marché de Noor Midelt II dont l’appel de pré-qualification a été lancé. Nous allons présenter un dossier de pré-qualification, probablement dans le cadre d’un consortium et si possible avec un partenaire local. Le «gas to power» nous intéresse également. Mais il y a un peu de retard par rapport au calendrier initial.

    - Quels sont vos projets les plus importants actuellement au Maroc?
    - Au Maroc, ENGIE est partenaire de Nareva dans le parc éolien de Tarfaya de 300 MW et la centrale de Safi. Nous avons d’autres projets, mais il est prématuré d’en parler, mais nous suivons le développement local: le solaire, l’éolien et le «gas to power». Nous proposons également des solutions autour de la ville durable, par exemple la mobilité et l’efficacité énergétique. Nous avons signé avec l’Agence marocaine de l’efficacité énergétique un contrat portant sur 36 mosquées vertes. Nous avons également développé pour le compte de Total des bornes de recharge électrique. Nous avons solarisé la nouvelle gare TGV de Casablanca. En matière de maintenance multi-technique, nous sommes un partenaire historique de l’usine Renault de Tanger. Nous avons décroché des contrats de maintenance multi-techniques pour le Morocco Mall, Anfaplace et plusieurs établissements hôteliers à Marrakech. Nous sommes sur le point de finaliser l’équipement des lots techniques (électrique, protection incendie, fluide, réfrigération…) du projet du grand théâtre de Casablanca.

    - Comment interpréter la sortie de FinanceCom de votre tour de table? A combien cette opération a-t-elle été valorisée?
    - Nous ne pouvons pas communiquer sur le montant de la transaction. Nous avions créé cette joint-venture pour développer les services d’installation de services énergétiques. Il se trouve que l’intégration de l’ensemble de nos entités et l’acquisition de Spie Maroc rendaient l’intérêt d’un partenariat capitalistique moins pertinent. Il y a toujours un grand intérêt pour travailler avec FinanceCom sur les services énergétiques pas seulement au Maroc mais dans toute l’Afrique. Nous avons décidé ensemble de poursuivre un partenariat industriel à travers des solutions de services à l’énergie au profit des filiales de FinanceCom mais pas uniquement.

    Propos recueillis par Nadia DREF

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc